Google Analytics: indispensable pour les entreprises

A l’heure actuelle, une présence sur Internet est indispensable pour toute entreprise. Google Analytics offre de vastes possibilités en matière d’analyse d’audience d’un site Web. L’e-commerce, le SEO ou la présence sur les réseaux sociaux peuvent être améliorés grâce à cet outil de Web Analytics.

Qu’est-ce que Google Analytics?

Google AnalyticsHérité de la technologique d’Urchin que Google a racheté en 2005, Google Analytics est un puissant outil de Web Analytics pensé pour analyser le trafic d’un site. Les pages Web doivent être marquées, ou tagguées, pour que les données apparaissent dans des rapports et tableaux de bord préconfigurés mais aussi personnalisables. Source du trafic, conversions réalisées, terminaux mobiles utilisés par les visiteurs, optimisation du référencement naturel, réseaux sociaux font partie de la multitude d’indicateurs nativement proposés.

Grâce à son installation et son utilisation, les propriétaires de sites Web sont désormais en possession de centaines de statistiques sur le comportement de leurs visiteurs : nombre de pages vues, temps passé par page, taux de rebond, provenance de la connexion…pour n’en citer que les plus connus.

Car le « comportement » est la clé de l’utilité de Google Analytics. Il n’est pas un simple compteur du nombre de visiteurs mais véritablement un outil marketing puissant pour l’analyse et la compréhension de ce que font les visiteurs sur un site. Une arme stratégique à part entière dans le développement d’une activité sur le Net.

Les outils de Google Analytics

Explorez vos données en détail. Les rapports standards vous permettent d’analyser l’intérêt des internautes pour votre site et la façon dont ils interagissent avec ce dernier. Et ce n’est pas tout : quelques clics suffisent pour créer des rapports personnalisés, des segments de visiteurs, ou encore identifier les données importantes à partager avec votre équipe.
Google Analytics
Explorez vos données en détail. Les rapports standards vous permettent d’analyser l’intérêt des internautes pour votre site et la façon dont ils interagissent avec ce dernier. Et ce n’est pas tout : quelques clics suffisent pour créer des rapports personnalisés, des segments de visiteurs, ou encore identifier les données importantes à partager avec votre équipe.

Création de rapports en temps réel

Evaluez l’activité de votre site au moment même où elle a lieu

Découvrez le nombre d’internautes présents sur votre site en temps réel, depuis quelle page ils y ont accédé, ou encore quel contenu ils consultent. Grâce aux rapports en temps réel, vous pouvez savoir si votre nouveau contenu est apprécié ou si la promotion du jour génère du trafic vers votre site. Vous pouvez même évaluer les effets immédiats des tweets et des articles de blog.

Le rapport « Temps réel » vous permet de surveiller l’activité des visiteurs au moment même où elle se produit sur votre site ou dans votre application. Les rapports de cette section sont mis à jour en permanence et chaque page vue est signalée quelques instants après la consultation de la page en question sur votre site. Par exemple, cette fonctionnalité vous permet d’obtenir les renseignements suivants :

– Le nombre de personnes présentes sur votre site en ce moment mêmeGoogle Analytics sur les appareils mobiles

– Leur situation géographique et les sources de trafic d’où elles proviennent

– Les pages ou les événements avec lesquels elles interagissent

– Les conversions par objectif qui se sont produites

Grâce au rapport « Temps réel », vous pouvez surveiller de façon immédiate et continue l’impact des nouvelles campagnes et des modifications du site sur votre trafic. Voici quelques-unes des actions que vous pouvez effectuer par le biais de cette fonctionnalité:

– Déterminer si les visiteurs consultent un contenu que vous venez de créer ou de modifier sur votre site

– Comprendre l’utilisation de votre application pour mobile via le suivi des événements

– Observer si une promotion sur une journée génère du trafic vers votre site ou votre application, et identifier les pages consultées par ces visiteurs

– Constater les effets immédiats, sur le trafic, d’un tweet ou d’un message publié sur un blog ou un réseau social

– Vérifier si le code de suivi fonctionne sur votre site ou dans votre application

– Surveiller les objectifs réalisés lorsque vous testez des modifications apportées à votre site

Accéder aux données en temps réel

Le rapport « Temps réel » est disponible dans tous les comptes Google Analytics. Aucune modification du code de suivi n’est nécessaire.

Pour consulter les données en temps réel, accédez à l’onglet « Rapports » et sélectionnez Temps réel dans la colonne de navigation de gauche.

Statistiques relatives aux visiteurs actifs

Google AnalyticsDans les rapports « Temps réel », un visiteur actif est un internaute ayant déclenché un événement ou généré une page vue au cours des cinq dernières minutes. Comme vous pouvez le constater, les données obtenues diffèrent des statistiques générées par les rapports standards, dans lesquels une session est définie sur la base de 30 minutes.

Rapport « Temps réel » et vues

Le rapport « Temps réel » reflète les données de votre vue. Si vos données semblent incorrectes, identifiez les filtres appliqués à la vue. Lors de la mise en œuvre du débogage du code de suivi, veillez à utiliser une vue non filtrée.

N’oubliez pas que quelques heures peuvent s’écouler avant que les modifications apportées aux vues ne soient reflétées dans les rapports « Temps réel ». Nous nous efforçons de réduire ce laps de temps.

Rapport « Temps réel » et suivi des applications pour mobile

Les vues d’applications et les événements sont compatibles avec les rapports « Temps réel ». Vous avez donc la possibilité d’examiner, en temps réel, le trafic généré par le SDK pour mobile. Vous pouvez vous servir de cette fonctionnalité comme d’un outil de débogage complet et performant pour la mise en œuvre de votre SDK Google Analytics.

Par exemple, vous pouvez installer une nouvelle version de votre application sur votre téléphone et vérifier si les appels de fichiers depuis un mobile pour cette version s’affichent en temps réel lorsque vous interagissez avec elle. Notez que sur un mobile, les appels de fichiers sont regroupés afin d’économiser la batterie. Vous pouvez donc constater des retards d’affichage. La fréquence des regroupements est généralement de l’ordre de quelques minutes.

Rapports personnalisés : définissez les informations à analyser

Créez vos propres tableaux de bord statistiques en quelques minutes. Cela vous permet d’accéder directement aux réponses que vous recherchez, sans perdre de temps à parcourir toutes les données. Créez des rapports à partager avec vos collaborateurs et affichez les données qui les intéressent.

Illustration Google AnalyticsUn rapport personnalisé est un rapport que vous créez vous-même. Vous sélectionnez les variables (« Ville » et « Navigateur », par exemple) et les statistiques (« Visites », « Pages vues » et « Taux de rebond », par exemple) et décidez de la façon de les présenter. Pour accéder à vos rapports personnalisés, cliquez sur l’onglet Personnalisation. Ils apparaissent dans le panneau de navigation de gauche, dans la section Rapports personnalisés. Si vous n’en avez pas encore créé, la section « Rapports personnalisés » ne contient que l’entrée « Vue d’ensemble ».

Pour créer un rapport personnalisé, cliquez sur l’onglet « Personnalisation », puis sélectionnez « Vue d’ensemble » sous « Rapports personnalisés » dans le panneau de navigation de gauche. Cliquez sur + Nouveau rapport personnalisé pour créer un rapport. Pour en savoir plus, consultez l’article Créer des rapports personnalisés.

Pour modifier ou supprimer un rapport personnalisé existant, cliquez sur l’onglet « Personnalisation », puis sélectionnez « Vue d’ensemble » sous « Rapports personnalisés » dans le panneau de navigation de gauche. Vous pouvez modifier ou supprimer les rapports existants à partir de la vue d’ensemble. Consultez la page Gestion de rapports personnalisés pour en savoir plus.

À propos des variables et des statistiques dans les rapports personnalisés

Pour créer un rapport personnalisé, vous devez définir au moins une variable et une statistique. Les variables correspondent à une façon de décrire les visites, les visiteurs, les pages, les produits et les événements. Voici quelques exemples de variables : « Type de visiteur » (visiteurs nouveaux ou connus), « Source » (nom d’un moteur de recherche ou site Web référent), « Titre de la page » (titre HTML d’une page sur votre site) et « Code produit » (référence d’un produit acheté sur votre site).

Les statistiques correspondent aux mesures chiffrées. Par exemple, « N pages vues et N transactions de nouveaux visiteurs et N pages vues et N transactions de visiteurs connus ont été générées ». Les pages vues et les transactions correspondent aux statistiques et le type de visiteur représente la variable.

Variables personnalisées : créez et analysez vos propres segments personnalisés

Les variables personnalisées vous permettent de mieux comprendre vos segments de visiteurs et d’évaluer l’intérêt des internautes pour votre site. Grâce aux variables personnalisées, vous pouvez personnaliser Google Analytics et collecter les données relatives aux internautes qui revêtent le plus d’importance pour votre entreprise.

Le rapport « Variables personnalisées » affiche l’activité des visiteurs en fonction des segments personnalisés que vous créez vous-même en modifiant le code de suivi Google Analytics.

Illustration Google Analytics

Imaginons que votre site inclue un formulaire dans lequel les visiteurs peuvent indiquer leur fonction professionnelle (directeur, spécialiste technique ou responsable marketing, par exemple). Vous pouvez alors utiliser le suivi personnalisé des visiteurs afin de stocker leurs sélections. Celles-ci deviennent des critères personnalisés pour ce rapport, et les visites ultérieures restent classées dans le segment sélectionné.

Segmentation avancée : analysez facilement des sections spécifiques de votre trafic

Pourquoi certaines visites génèrent-elles des ventes de 150 euros et d’autres aucune ? Pour le savoir, utilisez les segments avancés. Ceux-ci vous permettent d’appliquer des segments prédéfinis, tels que « Visites avec conversion » ou « Trafic généré par les résultats naturels », ou encore de créer vos propres segments. Analysez des segments spécifiques ou comparez plusieurs segments dans tous vos rapports.

Le nouvel outil de création de segments vous permet de créer des segments en fonction des visites et des internautes.

Les données relatives à la visite (par exemple, les objectifs réalisés ou les revenus générés) se limitent au comportement de l’internaute au cours d’une seule visite.

Les données relatives à l’internaute (par exemple, les objectifs réalisés ou les revenus générés) couvrent toutes les visites effectuées pendant la période que vous avez définie (jusqu’à 90 jours).

Vous pouvez créer des segments à partir de variables, de statistiques, de dates de visite et de séquences d’actions.

Exemple : Internautes spécifiques, toutes les visites au cours d’une période donnée

Filtrer les internautes sans filtrer les visites

Vous pouvez, par exemple, filtrer les internautes ayant généré un revenu cumulé supérieur à 1000 € ou ceux qui ont consulté une page produit, puis le panier, mais pas la page de confirmation de la commande au cours de l’ensemble de leurs visites pour une période donnée.

Exemple : Tous les internautes, des visites spécifiques au cours d’une période donnée

Filtrer les visites sans filtrer les internautes

Filtrer les visites effectuées par n’importe quel internaute et générées par un mot clé ou une campagne spécifiques, ou générées par une campagne spécifique ET ayant permis de remplir un objectif.

Exemple : Internautes et visites spécifiques au cours d’une période donnée

Filtrer à la fois les visites et les internautes

Filtrer les internautes ayant généré, au cours de l’ensemble de leurs visites, un revenu cumulé supérieur à 1000 €, ainsi que les visites ayant permis de remplir un objectif ; filtrer les internautes provenant du sud de la France et les visites facturées au CPC.

La flexibilité de ce nouvel outil vous offre les avantages suivants :

– Conserver la pertinence et poursuivre la création des types de segments basés sur les visites que vous connaissez déjà dans Google Analytics

– Créer de nouveaux segments basés sur les internautes pour analyser le comportement de ces derniers pendant plusieurs sessions
– Comparer les données relatives aux visites et aux internautes quand vous le souhaitezVous pouvez définir une période maximale de 90 jours pour les segments basés sur les internautes.Si vous avez déjà défini une période plus longue, celle-ci est automatiquement rétablie à 90 jours à partir de la date de début lorsque vous créez un segment basé sur les internautes dans Google Analytics.

Tableaux de bord : organisez, surveillez et partagez les indicateurs clés de performance (KPI)

Commencez par créer un tableau de bord « Vue d’ensemble des KPI » incluant les indicateurs de performance les plus importants pour votre entreprise. Créez ensuite un tableau de bord « SEO » pour vos initiatives d’optimisation du référencement. Tous les tableaux de bord proposent la fonctionnalité de glisser-déposer. Ils sont tous basés sur des widgets et sont parfaitement personnalisables.

Google Analytics segments

Les tableaux de bord vous offrent un aperçu des performances de vos propriétés via une page unique reprenant des résumés de différents rapports sous forme de widgets. Avec un tableau de bord, vous pouvez surveiller plusieurs statistiques en même temps. Vous pouvez ainsi vérifier rapidement la santé de vos comptes ou établir des corrélations entre les différents rapports.

Pour consulter et gérer vos tableaux de bord, utilisez le menu Tableaux de bord sur la gauche, sous l’onglet Accueil.

Chaque vue de votre compte Google Analytics affiche un tableau de bord par défaut pré-rempli avec quelques widgets. Vous pouvez ajouter de nouveaux widgets à un tableau de bord en cliquant sur Ajouter au tableau de bord en haut de chaque rapport ou en cliquant sur + Ajouter un widget depuis le menu des tableaux de bord. Vous pouvez également personnaliser ou supprimer n’importe quel widget du tableau de bord, y compris les widgets par défaut qui sont affichés automatiquement dans votre compte. Cliquez sur l’icône en forme de roue dentée dans l’angle supérieur de chaque widget afin de consulter les options de personnalisation.

Vous pouvez créer jusqu’à 20 tableaux de bord. Chaque tableau de bord peut contenir jusqu’à 12 widgets. Les tableaux de bord ne sont disponibles que dans la vue dans laquelle vous les avez créés. Pour les partager et les rendre disponibles dans un autre contexte, utilisez le menu Partager dans la barre d’action.

Visualisation : découvrez le chemin qu’empruntent les visiteurs sur votre site

Google Analytics propose toute une gamme d’outils de visualisation performants, tels que la visualisation de la navigation et l’analyse des pages Web. Les rapports Visualisation de la navigation analysent le chemin emprunté par les visiteurs sur votre site. Quant au rapport Analyse des pages Web, il permet d’évaluer visuellement comment les internautes interagissent avec vos pages. Pour faciliter votre analyse, nous avons intégré différents graphiques qui vous permettent d’afficher les données à votre convenance.

Google Analytics segments

Partage : une collaboration ouverte à tous

La prise de décision basée sur les données est optimale lorsque le partage des informations entre équipes est facilité. Avec les outils de partage de Google Analytics, l’équipe responsable de l’achat de mots clés et celles chargées du SEO et du contenu peuvent collaborer efficacement. Utilisez la fonctionnalité Alertes pour identifier les variations inattendues et en informer vos collaborateurs.

Vous pouvez également leur signaler les événements clés enregistrés dans l’historique de votre compte.

Enfin, élaborez et partagez des tableaux de bord personnalisés, affichant les statistiques importantes pour votre entreprise.

API et personnalisation : mettez en forme vos données comme vous le souhaitez

Des applications, des plug-ins et des fonctionnalités personnalisables vous permettent d’intégrer Google Analytics dans les flux de travail de votre entreprise. Tirez parti de solutions tierces ou créez vos propres applications à l’aide de l’ API Google Analytics.

Trois API Google Analytics sont mises à la disposition de tous les utilisateurs :

L’API de collecte : personnalisez le code de suivi pour aller au-delà du suivi normal. Collectez les données sur les achats pour votre site, générez des rapports sur deux sous-domaines pour une même vue, créez vos propres définitions du type de visiteurs, etc.

L’API de gestion : accédez de façon efficace aux données du compte et de la vue Google AnalyticsGoogle Analytics sous forme de flux d’API de données Google. Grâce à l’API de gestion, vous pouvez récupérer un ensemble spécifique de vues pour un utilisateur ou récupérer les données de définition des objectifs associées à une vue spécifique. Enfin, combinez l’API de gestion avec l’API d’exportation pour extraire les données de rapport dont vous avez besoin.
 
L’API d’exportation des données : créez des applications à l’aide des données Google Analytics déjà disponibles dans un compte Google Analytics. Les applications peuvent exploiter l’API pour demander des données au niveau des rapports à partir d’une vue Google Analytics existante (si elles sont autorisées à accéder aux données de la vue) et récupérer un rapport de données personnalisé pour une vue donnée.

Étant donné que l’utilisation des API Google Analytics requiert un savoir-faire technique, nous conservons toute la documentation technique sur Google Code Analytics, à l’intention des développeurs.

Sources

Sébastien François:

Contacts

JL GESTION SA

JL Gestion SA

Bruxelles

JL GESTION SA
Avenue de l’indépendance Belge 58
1081 Bruxelles
Tel : +32 2 412 04 10 (gestion projet – comptabilité)
Tel: +32 2 412 04 11 (gestion projet – commercial)
Tel: +32 2 412 04 12 (secrétariat)
Fax : +32 2 412 04 19
Gsm : +32 485 212 722
Email : selossej@jlgestion.be
Site: http://www.jlgestion.be

 Lille

JL GESTION SA
21 Avenue le Corbusier
59042 Lille Cedex
Tel : +33 3 59 81 17 85
Fax : +33 3 59 81 17 81
Gsm : +32 477 789 445
Email : selossej@jlgestion.be
Site: http://www.jlgestion.fr

Big Data!!

Le Big Data est une opportunité historique pour les entreprises, du moins en théorie, en pratique la mise en place de systèmes analytiques permettant de faire sens des données est encore insuffisante.

Introduction

Inexorable, l’explosion des volumes de données est en marche. Et avec elle, celle des besoins de rapidité et d’efficacité des traitements. Mais quels sont les enjeux de ce qu’il est convenu d’appeler le “Big Data” et les entreprises sont-elles prêtes à y faire face ?

Big Data

Le Big Data: qu’est-ce que c’est?

Avant de définir le Big Data, il est essentiel de dire ce qu’il n’est pas. « Big Data is NOT a bigger data warehouse » (Paul Doscher, LucidWorks). Autrement dit, le Big Data, ce n’est pas des data centers toujours plus gros pour stocker toujours plus de données.

L’expression “Big Data” (ou grosse donnée, ou données volumineuses) est apparue pour la première fois en 2008 : elle a émergé car la quantité de données à traiter ces dernières années est sans équivalent avec ce qui se passait il y a seulement 10 ans et augmente de manière explosive.

Sans que tous les chiffres avancés soient aussi spectaculaires, les observateurs s’accordent à constater une croissance exponentielle des volumes de données, liée à un besoin de numérisation à tout crin des documents en tous genres : les entreprises capturent désormais quotidiennement des milliards de milliards d’octets dans tous les domaines, depuis des données clients ou fournisseurs jusqu’aux données opérationnelles ou contractuelles, sans oublier les millions de capteurs disséminés à travers tous les réseaux, dans des unités embarquées dans les véhicules ou les téléphones mobiles, qui eux-mêmes recueillent, transforment, créent et communiquent des données.

Selon IDC, l’univers numérique devrait être multiplié par un facteur 44 en 10 ans et passer de 0,9 à 35,2 Zo (zettaoctets, soit 1021 octets). L’idée de cet article n’est cependant pas de vous abreuver de chiffres, comme cela a déjà été fait dans l’abondante littérature déjà disponible sur le sujet, mais de tenter de cerner les implications du Big Data (ou données volumineuses) pour les décideurs en entreprise.

 Facteurs expliquant le Big Data

Il existe 3 facteurs principaux permettant d’expliquer le développement du Big Data:

 1. Le coût du stockage

Celui-ci ne cesse de diminuer et constitue de moins en moins un critère pertinent pour les entreprises. Les solutions de Cloud Computing permettent en outre une gestion des données élastique et en fonction des besoins réels des entreprises.

2.Les plateformes de stockage distribuées et les réseaux à très haut débit (THD)

Big DataAvec le développement du THD et l’avènement du Cloud Computing, le lieu de stockage des données n’a plus vraiment d’importance. Elles sont désormais stockées à des endroits physiques distincts, et parfois non identifiés. Ainsi, quel utilisateur sait où se trouvent réellement ses photos postées sur Facebook ou ses messages sur Google Mail?

3. Les nouvelles technologies de gestion et d’analyse de données

Parmi ces solutions technologiques liées au Big Data, l’une des références est la plateforme Hadoop (Apache Foundation) permettant le développement et à la gestion d’applications distribuées adressant des quantités de données énormes et évolutives.

Les sources et les types de production de données

1. Les applications et services professionnels

Il s’agit des logiciels de gestion tels que les ERP, CRM, SCM, les outils de production de contenu et de bureautique ou les intranets, etc. Même si ces outils sont connus et largement maîtrisés par les entreprises, Microsoft a reconnu en son temps que la moitié des contenus produits via la suite Office échappent à tout contrôle et ne sont donc pas valorisés.

Ce phénomène a connu un nouveau rebond avec l’irruption du courrier électronique. 200 millions d’e-mails sont ainsi envoyés chaque minute.

2. Le Web

Sites d’actualité, d’e-commerce, gouvernementaux ou issus du monde associatif, enInternet investissant le Web, les entreprises et organisations y ont créé un volume considérable d’informations et suscité des interactions toujours plus nombreuses, rendant nécessaires le développement des annuaires et moteurs de recherche, ces derniers créant eux mêmes d’innombrables données issues des requêtes des internautes.

3. Les médias sociaux

Social MediaEn fournissant à la foule des outils d’expression (crowdsourcing), le Web 2.0 est à la base de la croissance phénoménale du volume de données produites ces dix dernières années: Facebook, YouTube et Twitter bien-sûr, mais aussi les blogs, les plateformes de partage comme Slideshare, Flickr, Pinterest ou Instagram, les flux RSS, les réseaux sociaux d’entreprises comme Yammer ou BlueKiwi, etc.

Chaque minute, plus de 30 heures de vidéo sont uploadées sur YouTube, 2 millions de posts sont publiés sur Facebook et 100.000 tweets diffusés sur Twitter.

4. Le mobile

Comme le précise IBM, le mobile n’est pas un terminal. Le mobile, c’est les données. Il y Mobile devicesa aujourd’hui 4 fois plus de téléphones mobiles en usage que de PC et tablettes. Un utilisateur mobile « standard » a 150 interactions quotidiennes avec son smartphone, notamment pour les messages et les interactions sociales. Combiné aux médias sociaux et aux services de Cloud Computing, le mobile s’est imposé comme le premier média personnel de masse.

A la fin 2013, l’App Store de Apple et Google Play auront dépassé les 50 milliards d’applications téléchargées.

5. Les objets

Le mobile a ouvert la voie à l’Internet des Objets (IOT). Chaque objet du quotidien, équipé de capteurs, dans nos maisons ou dans l’industrie, est désormais un terminal digital potentiel, capturant et émettant des données en permanence. Le géant industriel General Electric met en place des capteurs intelligents sur la plupart de ses produits, des équipements électriques de base aux turbines en passant par des scanners médicaux.

Les données opérationnelles recueillies sont analysées pour permettre d’améliorer les services, d’en développer de nouveaux ou de minimiser les temps d’arrêts. Grâce aux analytics, le fonctionnement des machines fait désormais l’objet d’adaptations en temps réel. Le Big Data ouvre ainsi les portes de l’Internet de l’industrie.

On peut d’autre part envisager deux grandes catégories de données:

1. Les données structurées

Ce sont les données que l’on peut facilement organiser par rangées et colonnes, et qui sont traditionnellement gérées dans des bases de données. Il s’agit notamment des données liées au fonctionnement habituel des entreprises et organisations (stocks, comptabilité, finances, ressources humaines, statistiques, études scientifiques, …)

2. Les données non structurées

Déjà présentes sous la forme de la production bureautique non organisée, ces données se multiplie de manière exponentielle et incontrôlable avec les plateformes de crowdsourcing, le mobile et l’Internet des objets. Par leur volume, leur vitesse d’acquisition et la variété de leurs formats, elles nécessitent de nouveaux outils pour leur stockage, leur traitement et leur analyse. C’est à leur développement que correspond la naissance du Big Data.

Les 6 « V » du Big Data

Pour les analystes du Gartner, le concept de Big Data recouvre 3 dimensions: volume, vélocité et variété. IBM, qui a fait du Big Data une priorité majeure, a ajouté un 4ièm « V »: la véracité. Avec la visibilité et la valeur, un 5ème et un 6ème « V » sont de plus en plus pris en compte pour expliquer le Big Data.

1. Volume

Le volume est évidemment la première caractéristique qui vient à l’esprit quand on parle de Big Data.

Suivant une courbe exponentielle, ce volume concerne non seulement les données produites chaque jour, mais aussi celui des capacités de stockage des supports informatiques. Il tend aujourd’hui vers l’infini et nécessite des unités de mesure vertigineuses comme le yottabyte qui équivaut à 1.000.000.000.000.000.000.000.000 de bytes, soit un trillion de terabytes. Il est évident que les bases des données et outils de gestion traditionnels ne sont pas capables de gérer de telles quantités de données.

2. Vitesse (Velocity)

La vitesse du Big Data représente le temps nécessaire pour que les données soient collectées, traitées et activées par l’entreprise.

Le monde digital est désormais « plus rapide que le temps réel » et les données n’échappent à cette tendance. Elles sont produites, capturées, traitées, et partagées à une vitesse inédite. Comme l’a justement remarqué Rupert Murdoch :

« The world is changing very fast. Big will not beat small anymore. It will be the fast beating the slow ».

Une entreprise de services financiers doit ainsi traiter et analyser plusieurs millions de messages par seconde pour activer ou non des ordres sur les marchés. Le temps réel est donc la nouvelle unité de temps pour les entreprises et les systèmes classiques de traitement des informations (gestion, personnalisation, marketing, …) se révèlent là encore peu adaptés.

Les 4 "V" du Big Data

3. Variété

La montée en puissance des données non structurées va de pair avec un diversification des formats et des types de données.

L’entreprise doit donner du sens aux avis et propositions émis sur Facebook, aux images, aux sons, aux vidéos, mais aussi aux informations émises par les terminaux mobiles ou issues des interactions M2M (Machine To Machine).

Dans le domaine du commerce, des solutions Big Data permettront de relier les données non structurées émises par un client (comportement, intonations de la voix, …) aux données classiques enregistrées à son sujet (historique des achats, service après-vente, …) pour développer en temps réel une offre adaptée à ses besoins.

TerraEchos a ainsi développé un système très sophistiqué pour classer les sons. Celui-ci permet un contrôle intelligent et en direct pour un périmètre donné, équipé de milliers de capteurs. Ceux-ci recueillent les sons détectés qui sont organisés et analysés pour déclencher des actions appropriées (envoi d’un garde, activation d’une caméra, …) sur base de modèles à la fois prédéfinis et évolutifs.

4. Véracité

La qualité et la fiabilité des données est clairement un paramètre essentiel.

C’est d’autant plus vrai que les sources de données sont désormais majoritairement hors du périmètre de contrôle des organisations. Le concept de véracité traduit donc le besoin stratégique de disposer de données de qualité.

En principe, une plateforme Big Data permet à une entreprise d’analyser les données relatives à son environnement de manière quasi exhautive et donc d’améliorer sa compréhension de l’ensemble des composants de son environnement (clients, partenaires, produits, concurrents, …). Mais paradoxalement, l’entreprise est confrontée au risque de se noyer dans cet océan de données et de ne pas être capable de faire le tri entre les informations pertinentes et le « bruit ».

Une bonne illustration de ce problème est survenue lors de l’élection présidentielle de 2012 au Mexique, des tweets issus de robots spammeurs et des faux comptes « orientés » ont largement pollué débat politique et son analyse sur Twitter.

5. Visibilité

Les données ne servent à rien si elles ne sont pas visibles et accessibles pour ceux qui en ont besoin. Ce besoin de visibilité est souvent évoqué par les marketers qui souhaitent disposer de tableaux (dashbords) et visualisations intelligents, accessibles à la volée et facilement interprétables.

C’est l’objectif de la solution proposée par CaptainDash qui permet de monitorer, comprendre et optimiser les processus sur base de données factuelles et visuelles. Toutes les informations nécessaires sont accessibles via une interface mobile et véritablement intuitive.

6. Valeur

En bout de course, la valeur du Big Data pour une entreprise se mesurera à l’avantage compétitif qu’elle en aura dégagé.

Cela dépend notamment de la qualité des analytics et de la compétence des « data scientists » chargés de leur donner du sens. Créer des données pour le plaisir de la performance technique n’est pas viable sur le long terme. Cela implique donc également des outils de mesure du ROI.

Big Data

Les usages du Big Data

Les usages du Big Data sont infinis, mais quelques domaines majeurs émergent. Comprendre le client et personnaliser les services, c‘est l’une des applications évidentes du Big Data.

En captant et analysant un maximum de flux de données sur ses clients, l’entreprise peut non seulement dégager des profils génériques et concevoir des services spécifiques, mais aussi personnaliser ces services et les actions marketing qui y seront associées. Ces flux intègrent les données « classiques » déjà organisées via des systèmes de CRM, mais égalements les données non structurées issues des médias sociaux ou de capteurs intelligents capables d’analyser le comportement des clients sur le lieu d’achat.

L’objectif est de dégager des modèles susceptibles de prévoir les besoins des clients afin de leur fournir des services personnalisés en temps réel. On parle dès lors de segmentation attidudinale. Avec la quantité infinie de données qu’il collecte à notre sujet, Google est évidemment un acteur incontournable en la matière.

Ces modèles seront utilisés dans tous les secteurs d’activités, depuis les grandes enseignes commerciales pour améliorer et personnaliser les offres, notamment dans l’e-commerce, en passant par les assurances qui seront adaptées à chaque cas particulier ou encore au monde politique pour lequel la capacité à « interpréter » les souhaits des électeurs est depuis toujours une chimère.

Optimiser les processus business

Le Big Data va également impacter fortement les processus business.

Big DataDes processus complexes tels que la Supply Chain Management (SCM) seront optimisés en temps réel en fonction de prévisions issues de l’analyse des données des médias sociaux, des tendances d’achats, de la circulation routière ou des stations météorologiques.

Un autre exemple concerne la gestion des ressources humaines, depuis le recrutement jusqu’à l’évaluation de la culture d’entreprise ou la mesure de l’engagement et des besoins du personnel.

Améliorer la santé et optimiser les performances

Le Big Data va considérablement affecter les individus. Cela passe tout d’abord par le phénomène du « Quantified Self », c’est-à-dire la capture et l’analyse des données relatives à notre corps, notre santé ou nos activités, via le mobile, les « wearables » (montres, bracelet, vêtements, lunettes, …) et plus généralement l’Internet des Objets. L’évolution des sites de rencontre passera également par l’utilisation d’algorithmes sophistiqués basés sur l’analyse de profils sociaux beaucoup plus riches et complexes.

Le Big Data va permettre des avancées considérables dans des domaines tels que le décodage de l’ADN ou la prédiction des épidémies ou la lutte contre des maladies encore incurables comme le Sida. Avec les modélisations basées sur des quantités de données infinies, les essais cliniques ne seront plus limités par la taille des échantillons.

Dans le domaine du sport, on peut citer l’exemple d’IBM aqui a développé SlamTracker pour le Tennis. Grâce aux captures vidéo et à l’analyse des données liées, il est possible d’améliorer la préparation d’un match en analysant le jeu d’un adversaire sur base de paramètres inédits.

Autre exemple remarquable, la victoire de l’Oracle Team USA lors de la fameuse compétition de l’America’s Cup, ou comment 300 senseurs et 3000 variables ont permis un incroyable retournement de situation.

Rendre les machines intelligentes

Le Big Data va rendre les machines et terminaux les plus divers plus intelligents et plus autonomes.

AI Big DataAvec la multiplication à l’infini des capteurs sur les équipements domestiques, professionnels et industriels, le Big Data appliqué au M2M (Machine to Machine) va offrir de multiples opportunités pour les entreprises qui investiront ce marché.

Les voitures intelligentes illustrent ce phénomène. Elles génèrent déjà d’énormes quantités de données qui peuvent être exploitées pour optimiser l’expérience de conduite ou les modèles de taxation. Les voitures intelligentes seront en mesure d’échanger entre elles des informations en temps réel et d’optimiser leur utilisation en fonction d’algorithmes spécifiques.

Grâce aux capteurs équipant son matériel agricole, John Deere permet aux entreprises agricoles d’améliorer la gestion de leur flotte, de réduire les temps d’arrêt et d’économiser le carburant. Le système est basé sur le croisement des données en temps réel et historiques relatives à la météo, les conditions du sol, les caractéristiques des cultures, etc.

De même, les maisons intelligentes seront des contributeurs majeurs pour la croissance des données M2M. Les compteurs intelligents surveilleront les consommations énergétiques, mais seront surtout capables de proposer des comportements optimisés sur bases de modèles issus des analytics.

Le Big Data est également indispensable au développement de la robotique. Les robots vont générer et utiliser des volumes considérables de données pour comprendre leur environnement et s’y insérer de manière intelligente. En utilisant des algorithmes d’auto-apprentissage basés sur l’analyse de ces données, les robots pourront améliorer leur comportement et effectuer des tâches toujours plus complexes, comme le pilotage d’un avion par exemple. Aux USA, des robots sont maintenant capables de percevoir les similarités ethniques grâce aux données issues du crowdsourcing.

Développer les smartcities

Le Big (Open) Data est indissociable du développement des villes et territoires intelligents. Un exemple classique concerne l’optimisation des flux de trafic sur base d’informations « crowdsourcées » en temps réels à partir des GPS, des capteurs, des mobiles ou des stations météorologiques.

Big DataLe Big Data va permettre aux villes, et singulièrement les mégalopoles de relier et faire interagir des secteurs fonctionnant jusque là en silos: bâtiments privés et professionnels, infrastrutures et systèmes de transport, production d’énergie et consommation des ressources, etc.

Seules les modélisations issues du Big Data permettent d’intégrer et d’analyser les paramètres innombrables issus de ces différents secteurs d’activité. C’est également l’objectif de l’initiative Smarter Cities d’IBM.

Dans le domaine de la sécurité, les autorités pourront utiliser la puissance des Big Data pour améliorer la surveillance et la gestion des événements mettant en péril notre sécurité ou pour prédire d’éventuelles activités criminelles, dans le monde physique (vols, accidents de la route, gestion des catastrophes, …) ou virtuel (transactions financières frauduleuses, espionnage électronique, …).

Sources

http://www.awt.be/web/res/index.aspx?page=res,fr,foc,100,208

– Benoit Herr:

http://www.solutions-logiciels.com/magazine_articles.php?titre=Big-Data-le-nouveau-defi-des-entreprises&id_article=601

– Charles Gros:

http://lecercle.lesechos.fr/entrepreneur/internet/221190102/big-data-bien-plus-quun-simple-effet-mode

-Dr. Carsten Dittmar, Volker Oßendoth, et Klaus-Dieter Schulze:

Cliquer pour accéder à Steria-Rapport-biMA-Exec-Sum-VFR-2013.pdf

– Quentin Capelle:

http://www.atelier.net/trends/articles/entreprises-ne-toujours-assez-matures-big-data_426324

 Contacts

JL GESTION SA

Bruxelles

JL GESTION SA
Avenue de l’indépendance Belge 58
1081 Bruxelles
Tel : +32 2 412 04 10 (gestion projet – comptabilité)
Tel: +32 2 412 04 11 (gestion projet – commercial)
Tel: +32 2 412 04 12 (secrétariat)
Fax : +32 2 412 04 19
Gsm : +32 485 212 722
Email : selossej@jlgestion.be
Site: http://www.jlgestion.be

Lille

JL GESTION SA
21 Avenue le Corbusier
59042 Lille Cedex
Tel : +33 3 59 81 17 85
Fax : +33 3 59 81 17 81
Gsm : +32 477 789 445
Email : selossej@jlgestion.be
Site: http://www.jlgestion.fr

AUDIT & RÉFÉRENCEMENT SUR MESURE : PROGRAMME

ETAPE 1 | CONSULTANCE

BUDGET : 8h

1.1 Analyse sectorielle

Cette étape permet d’analyser le secteur d’activité sur Internet afin de positionner votre site par rapport aux sites de la concurrence. A l’issue de cette analyse, un rapport permettra de déterminer la manière dont se comporte le secteur d’activité sur Internet et donc de déterminer la stratégie a` adopter pour pouvoir bien optimiser votre site Internet.

Temps : 2h

1.2 Analyse concurrentielle

Cette étape permet d’analyser vos concurrents directs, les concurrents qui sont positionnés à la place désirée dans Google. Il s’agit généralement des dix premiers résultats de recherche sur les mots-clés de base tels que le secteur d’activité, un produit ou un service, une marque…
A l’issue de cette analyse, un rapport permettra de déterminer la manière donc vos concurrents parviennent a` obtenir telle ou telle place dans Google et donc de la stratégie a` adopter pour arriver a` telle ou telle place dans Google.

Temps : 2h

1.3 Analyse des mots-clés

Cette dernière étape de la consultance du site permet de déterminer les mots-clés et les phrases-clés à utiliser pour optimiser votre site Internet.
Il s’agit des mots-clés et phrases-clés utilisés les plus recherchés dans Google pour une période déterminée. Ce rapport doit permettre de trouver les mots-clés et expressions-clés utilisés par vos concurrents mais aussi ceux qu’ils n’utilisent pas mais le devraient…

Temps: 4h

ETAPE 2 | OPTIMISATION

BUDGET : 16h

2.1 Optimisation des balises

Cette étape concerne l’optimisation des balises se trouvant dans la partie HEAD du site.
Cela concerne le titre des pages qui doit être optimisé et différent pour chacune des pages du site, les mots-clés de chaque page, la description de chaque page qui doit également être différente, la réduction et l’externalisation des styles et des scripts.

Temps: 8h

2.2 Optimisation des images et liens

Chaque image du site doit contenir une description visible par Google et qui décrit au mieux la page grâce à une phrase-clé contenant des mots-clés.
Cela permet non seulement d’optimiser la page mais aussi les images et donc l’indexation des images dans Google Images.
Les liens du site doivent également être optimisés grâce à une balise titre qui décrit également au mieux la destination de chaque lien avec une phrase-clé.

Temps: 8h

2.3 Optimisation des noms des pages

Le nom des pages est déjà optimisé sur votre site Internet. Aucun travail n’est requis.

ETAPE 3 | REFERENCEMENT

BUDGET : ½ Jour

3.1 Plan du site

Cette étape consiste à créer un plan du site indexant la totalité des pages et de le soumettre à Google, Yahoo et Bing, les trois moteurs de recherche principaux.
Une soumission régulière du site et du plan du site à ces trois moteurs de recherche permet également de pouvoir maintenir ces derniers informés des modifications sur votre site.

Temps: 1h

3.2 Google Local

Apparaître dans Google Local sur la carte des résultats est une stratégie indispensable pour pouvoir attirer les clients locaux vers une entreprise, même si l’entreprise a un vocation nationale ou internationale.
Il est donc indispensable de concevoir un texte optimisé, un titre optimisé et des mots-clés locaux optimisés pour profiter de ce listing.

Temps: 2h

ETAPE 4 | POSITIONNEMENT

BUDGET : 2 Jours

4.1 Rédaction d’articles

Dans le cadre du positionnement du site, la rédaction d’articles optimisés est une étape cruciale. Elle permet de pouvoir publier des articles, des annonces et des notes au sujet de votre entreprise dans des blogs, forums, plateformes de petites annonces…
Ces liens de retour au contenu optimisé permettront de qualifier votre site Internet intelligemment et à plus long terme que du SEA.
Pour démarrer, la rédaction de 10 notes, articles et annonces est un bon compromis. Ces articles doivent être traduits en NL et en EN (coûts non inclus dans cette proposition).

Temps: 3h

4.2 Liens de retour

Les liens de retour sont la base du positionnement. Nous ne créons des liens de retour que sur des sites, blogs, forums et annonces ayant un PR minimum de 2 et maximum de 8. Le mix est étudié pour assurer un équilibre entre le PR des pages.
Ainsi, vous obtiendrez dans un forfait de démarrage 20 liens PR2, 20 liens PR3-PR4, 20 liens PR5, 40 liens PR6-PR7-PR8.
Avec ce premier forfait optimisé de 100 liens de retour de qualité, le positionnement d’un site Internet optimisé sera boosté.

Temps: 10h

ETAPE 5 | ASSURANCE ET MAINTENANCE DU POSITIONNEMENT

BUDGET : Par an

Un suivi du travail est organisé sur six mois. Un suivi avec intervention est disponible en option et conseillé sur une période de douze à quinze mois.
Dans ce cas, le positionnement est maintenu et stabilisé pour la période sélectionnée grâce à un travail de positionnement renouvelé de manière régulière.
Nous consulter à ce sujet.

 

DEMANDE DE DEVIS SANS ENGAGEMENT – CLIQUEZ ICI

Devenir manager d'une équipe

Devenir manager d’une équipe

NOUS CONTACTER :

JL GESTION SA

Avenue de l’indépendance Belge 58
1081 Bruxelles
Tel : +32 2 412 04 10
Fax : +32 2 412 04 19
Gsm : +32 485 212 722
Email : selossej@jlgestion.be

NOS AVANTAGES :

  • Type de formation : Inter-entreprise, Intra-entreprise et particuliers
  • Formation 100% flexible et personnalisée : Vous choisissez le lieu, la date et le programme de formation
  • Demande de devis : Réponse dans les 24 heures.
  • Remise de 50% pour les PME Bruxelloises
  • Parking, boisson et lunch gratuit
  • Accès à notre centre de compétences : Syllabus, note de cours, exercices,…

Faites une demande de devis gratuitement en remplissant notre formulaire en ligne

 

 

Formation Audit de site Web – 2 jours

Description :

 Ce module vous permettra de poser les bases solides du développement ou de l’analyse d’un site web par l’analyse méthodologique et de l’audit d’un site Internet. Avec plus de 180 questions réparties sur 17 thèmes, cet outil est un bon moyen maîtriser les choses fondamentales qu’un site internet doit posséder afin d’être efficient et efficace. De plus, seront abordés au travers de documents types l’importance des questionnaires dans la démarche commerciale. Ainsi que l’analyse concurrentielle et marketing de base.

Objectifs du cours :

Gestionnaire de site Internet et de projet Web

 Contenu du cours :

Analyser les besoins de l’entreprise 1. Objectifs et ciblage du site 2. Qualité de la page d’accueil 3. Organisation des pages 4. Structure du site 5. Navigation 6. Liens 7. Graphisme 8. Relation de confiance 9. Marketing du site 10. Animation du site 11. Contenu des textes 12. Formulaires 13. Qualité Technique 14. Processus d’e-commerce 15. Gestion de la relation client 16. Gestion du site web 17. Aspects Juridiques Ateliers pratiques d’audit de site web

Durée du cours :

2 jours

images logo training Bruxelles,Paris,Lille

Education pour entreprise business en Belgique. Jl gestion Sa votre solution training!

NOUS CONTACTER :

Avenue de l’indépendance Belge 58
1081 Bruxelles
Tel : +32 2 412 04 10
Fax : +32 2 412 04 19
Gsm : +32 485 212 722
Email : selossej@jlgestion.be

NOS AVANTAGES :

  • Type de formation : Inter-entreprise, Intra-entreprise et particuliers
  • Formation 100% flexible et personalisée : Vous choisissez le lieu, la date et le programme de formation
  • Demande de devis : Réponse dans les 24 heures.
  • Remise de 50% pour les PME Bruxelloises
  • Parking, boisson et lunch gratuit
  • Accès à notre centre de compétences : Syllabus, note de cours, exercices,…

Faites une demande de devis gratuitement en remplissant notre formulaire en ligne

Formation : Gérer son temps – 1 JOUR

Gérer son stress

Gérer son stress

Pour l’entreprise l’expression « Le temps c’ est de l’argent ! » prend toute son importance.On reproche parfois aux autres ou aux évènements extérieurs de nous faire perdre du temps. Ce qui entraîne des perturbations dans l’exécution d’une tâche. Il existe trois catégories de gaspillage de
temps :
 celle relative aux comportements des autres
 celle relative à son propre comportement
 celle relative à une mauvaise utilisation du temps
Le participant aura gagné en efficacité, tout en travaillant sur les trois sources de perte de temps afin
de les éliminer. Cela commence par une analyse de l’utilisation de son temps qui sera présente tout
au long de ce module.

Deux volets sont abordés :
 Les stratégies de gestion du temps
 La rentabilisation du temps

Nos présentations sont claires, dynamiques et facilitent l’apprentissage des participants, nous travaillons en alternance entre les apports théoriques et les analyses des situations individuelles ainsi que
des exercices de mise en pratique. Le module est accompagné d’un syllabus .

Module I.
Les stratégies de gestion du temps
Gestion efficace du temps
Outils

Module II.
La rentabilisation du temps
Durée : 2 heures
Trucs et astuces
Cas pratiques

NOUS CONTACTER :

Avenue de l’indépendance Belge 58
1081 Bruxelles

Tel : +32 2 412 04 10

Fax : +32 2 412 04 19
Gsm : +32 485 212 722
Email : selossej@jlgestion.be

21 Avenue le Corbusier
59042 Lille Cedex

Tel : +33 3 59 81 17 85
Fax : +33 3 59 81 17 81
Gsm : +32 477 789 445
Email : selossej@jlgestion.be

Keizersgracht 62-64
1015 CS Amsterdam

Tel : +31 20 520 68 77
Fax : +31 20 520 75 10
GSM: +32 477 789 445
Email : selossej@jlgestion.be

NOS AVANTAGES :

  • Type de formation : Inter-entreprise, Intra-entreprise et particuliers
  • Formation 100% flexible et personalisée : Vous choisissez le lieu, la date et le programme de formation
  • Demande de devis : Réponse dans les 24 heures.
  • Remise de 50% pour les PME Bruxelloises
  • Parking, boisson et lunch gratuit
  • Accès à notre centre de compétences : Syllabus, note de cours, exercises,…

Analyse

Analyse (n. f.) : type de papier qui met en perspective un événement en excluant tout  jugement de valeur. Il situe le contexte de l’événement (origine, causes, conséquences) en le traitant sous un seul angle.

Google Analytics : analysez le trafic de votre site Web pour optimiser sa fréquentation 1 jour

Google Analytics : analysez le trafic de votre site Web pour optimiser sa fréquentation

Google Analytics : analysez le trafic de votre site Web pour optimiser sa fréquentation

Google Analytics est un outil gratuit, idéal pour qualifier le trafic visiteur de votre site Web et en piloter son évolution.
Les statistiques de fréquentation d’un site fournies par Google Analytics sont incontournables pour tout webmaster, mais elles ne disent rien du potentiel du site, de ses possibilités d’amélioration, de son efficacité au regard des objectifs fixés.
Un site web est un outil de communication, de marketing, de promotion, de vente. Ces actions, sont toujours pilotées, analysées et ajustées en permanence.

Formation animée par Pierre SOULIER. Expert en référencement payant dans une agence spécialisée, Pierre sait exploiter pour ses clients toutes les synergies possibles entre le référencement payant et le référencement naturel. Cette expérience professionnelle quotidienne d’un outil comme Goocle Analytics vient naturellement enrichir le contenu de ses formations. Ses conseils seront précieux pour répondre à vos questions et problématiques.

Public :

  • Webmasters, responsables marketing/communication ou commercial, trafic managers, mais aussi créateurs de sites pour leur propre compte, gérants de boutiques de e-commerce, créateurs d’entreprises ou d’e-entreprises, agences de communication, développeurs de sites web, web-designers…

Objectifs :

  • Savoir mettre en place et paramétrer Google Analytics.
  • Identifier et savoir utiliser les possibilités d’analyse et de qualification de trafic de Google Analytics.
  • Savoir utiliser Google Analytics pour orienter son référencement naturel et piloter son référencement payant et ses actions marketing.

Pré-requis :

  • Être utilisateur d’Internet.
  • Gérer ou pilotez un site Web.

Contenu pédagogique

Le fonctionnement de Google Analytics, son installation et ses paramétrages

  • Principe de fonctionnement du moteur de statistique et installation des codes
  • L’accès au compte et ses restrictions, le paramétrage de « votre » Analytics
  • Segmenter les statistiques pour les personnaliser puis fabriquer ses propres rapports d’analyse

Mais qui sont « vraiment » vos visiteurs, et qui ne sont-ils pas ?

  • Qui sont les internautes qui visitent le site et d’où viennent-ils ?
  • Comment visitent-ils le site ? De quelles façons « consomment-ils » le site ?
  • Votre site est-il vu par tous et de façon optimale ?

Comment se développe votre visibilité et avec l’aide de quels sites ?

  • Quels sont les sites de provenances de vos visiteurs ?
  • Quelle est votre audience type, et que vous apporte le web-marketing ?
  • Analytics pour améliorer le référencement de votre site : analyse des « mots-clés »

De quoi est fait votre site, quels sont les contenus pertinents pour l’internaute et pour vous !

  • Quelles sont les pages particulièrement intéressantes, et celles qui ne le sont pas ?
  • Comment l’internaute navigue-t-il sur votre site ? Comment s’oriente-t-il ?
  • Le moteur interne et les astuces pour diriger votre site vers votre trafic, et inversement

Google Analytics, le panneau de contrôle de la performance de votre site

  • La définition des objectifs, leur mise en place et leur paramétrage
  • Les conversions et leur mesure pour savoir ce qui fonctionne « vraiment »
  • Les tunnels de conversions et la qualification des conversions pour être plus efficace

Le e-commerce et le web-marketing : deux piliers de la performance à suivre de près

  • Le e-commerce : connaître le comportement de l’internaute face à vos produits et à votre panier
  • Référencement payant : Google Analytics pour doper vos campagnes Google Adwords
  • Analytics pour suivre aussi vos campagnes de web-marketing

Questions / Réponses

Nous contacter:

Avenue de l’indépendance Belge 58
1081 Bruxelles

Tel : +32 2 412 04 10
Fax : +32 2 412 04 19
Gsm : +32 485 212 722
Email : selossej@jlgestion.be

NOS AVANTAGES :

  • Type de formation : Inter-entreprise, Intra-entreprise et particuliers
  • Formation 100% flexible et personalisée : Vous choisissez le lieu, la date et le programme de formation
  • Demande de devis : Réponse dans les 24 heures.
  • Remise de 50% pour les PME Bruxelloises
  • Parking, boisson et lunch gratuit
  • Accès à notre centre de compétences : Syllabus, note de cours, exercises,…

Formation Formation SAP PP : SAP utilisateur, gestion de la production PP – 2 jours

Quelques liens utiles:

SAP utilisateur, administration des ventes SD (Sales and Distribution)SAP utilisateur, gestion de la production PP (Production Planning)SAP utilisateur, gestion des ressources humaines HR (Human ressources)Initiation SAP

Description :

 A l’issue de cette formation, vous saurez tirer profit des avantages et de la fiabilité du module SD de SAP. Tous les aspects importants de l’exploitation et de l’administration du module y sont abordés.

Objectifs du cours :

A l’issue de cette formation, vous saurez tirer profit des avantages et de la fiabilité du module SD de SAP. Tous les aspects importants de l’exploitation et de l’administration du module y sont abordés.

Contenu du cours :
Formation SAP PP : SAP utilisateur, gestion de la production PP

Présentation de la planification de la chaîne logistique avec SAP ERP

Gestion des données de base pour la planification et l’exécution de la production

  • Fiches articles
  • Nomenclatures
  • Gammes et postes de travail

    cours-entreprise-gestion de stress-belgique

    cours-entreprise-gestion de stress-belgique

Planification de la demande avec le PIC (plan industriel et commercial)

Gestion de la demande

  • Principales stratégies de planification
  • Fabrication sur stock et à la commande

Planification à long terme

  • Simulation d’un plan de production

Calcul des besoins (MRP)

  • Exécution et analyse des résultats

Présentation des types d’exécution de la production avec SAP ERP

Fabrication discrète avec ordres de fabrication

  • Caractéristiques
  • Eléments d’un ordre de fabrication
  • Etapes de traitement d’un ordre de fabrication

Fabrication discrète avec ordres de Process

  • Caractéristiques
  • Données de base particulières
  • Eléments d’un ordre de Process
  • Etapes de traitement d’un ordre de Process et liens avec le pilotage atelier

Fabrication répétitive

  • Caractéristiques
  • Etapes d’exécution

Kanban

  • Caractéristiques
  • Données de base
  • Réapprovisionnement en Kanban