LG annonce sept nouveaux téléviseurs sous Google TV pour 2013

On en saura plus au prochain CES 2013 mais LG a d’ores et déjà annoncé une gamme de sept nouveaux téléviseurs pour l’année à venir, qui tourneront tous sous Google TV. Cette annonce démontre l’intention de la firme coréenne de s’investir d’avantage dans l’OS de Google pour téléviseurs connectés.

google tv

Les téléviseurs en question des gammes GA6400 et GA7900 seront proposés dans cinq diagonales d’écran (42, 47, 50, 55 et 60 pouces). Les premiers visuels laissent entrevoir un design impressionnant à base de pieds d’une grande finesse (je parle des téléviseurs hein !) et d’un bezel très faible, voire inexistant.

La télécommande a elle aussi fait l’objet d’une grande attention, puisqu’il est dit qu’elle permettra la saisie facilitée de texte via un clavier complet, la reconnaissance vocale via un microphone incorporé, ainsi que la reconnaissance des mouvements.

google tv

Les modèles présentés devraient faire l’objet d’un lancement commercial aux Etats-Unis au premier semestre 2013, puis d’une disponibilité globale dans les mois suivants.

L’année 2013 sera t’elle celle de la démocratisation du service Google TV et des télés connectées ? Le pari n’est pas gagné d’avance en France où ce terrain est déjà largement occupé par les box muti-services des différents fournisseurs d’accès à internet.

Source: http://www.frandroid.com/actualites-generales/122574_lg-google-tv-2013/

Facebook- publicité-en-ligne

JL GESTION SA – centre de formation bruxelles, lille, amsterdam, paris, corfu

NOUS CONTACTER :

JL GESTION SA

Avenue de l’indépendance Belge 58
1081 Bruxelles
Tel : +32 2 412 04 10
Fax : +32 2 412 04 19
Gsm : +32 485 212 722
Email : selossej@jlgestion.be

NOS AVANTAGES :

  • Type de formation : Inter-entreprise, Intra-entreprise et particuliers
  • Formation 100% flexible et personnalisée : Vous choisissez le lieu, la date et le programme de formation
  • Demande de devis : Réponse dans les 24 heures.
  • Remise de 50% pour les PME Bruxelloises
  • Parking, boisson et lunch gratuit
  • Accès à notre centre de compétences : Syllabus, note de cours, exercices,…

Faites une demande de devis gratuitement en remplissant notre formulaire en ligne

La 3e version de Google TV sera-t-elle la bonne?

Google a annoncé une mise à jour de son OS pour téléviseur…

«Third time’s the charm (la 3e fois porte bonheur)», disent les anglais. Et de la chance, Google en aura bien besoin pour réussir à se faire une place dans le salon. Jusqu’à présent, Google TV a fait un flop, à tel point qu’aucun acteur n’a jamais véritablement donné de chiffres de ventes officiels.

Mercredi, Google a dévoilé une nouvelle version –la troisième– de son système. La mise à jour concerna d’abord les téléviseurs récents de LG, puis de Vizio. La box de Sony de seconde génération, disponible en France, y aura droit «dans les prochains mois». En revanche, la Logitech Revue sera laissée de côté. Cette fois, c’est promis, jure l’entreprise: Google TV va vraiment «simplifier la télé».

 

Car c’est bien-là le paradoxe. En ajoutant le Web, les apps et les contenus à la demande à la télévision traditionnelle, toutes les solutions de «smart TV» ont, jusqu’ici, eu la fâcheuse tendance de compliquer l’expérience.

Recherche vocale et recommandations

La recherche vocale est étendue (grâce à un micro sur les télécommandes des appareils les plus récents). Chaîne, film, série, site Internet, chanson… Google TV comprend presque tout car il se branche pour la première fois sur le «graphe du savoir» que Google a constitué (et qu’il utilise déjà pour livrer des réponses factuelles à des questions sur smartphone). Le contrôle vocal existe sur la Xbox de Microsoft et les télé Samsung, mais la base de Google est, a priori, bien plus large.

La fonction Primetime, elle, permet de naviguer parmi les contenus en direct tout en continuant de regarder la télévision. On fait défiler les programmes des autres chaînes sous forme de miniatures, par catégorie, en bas de l’écran. Une interface similaire a également été intégrée à YouTube.

Mais la partie la plus intéressante n’est pas encore là. Google explique au site GigaOM qu’à terme, des fonctions similaires à Google Now seront intégrées. Sur smartphone, ce service, encore embryonnaire, fournit des informations à l’utilisateur sans qu’il les cherche (quand ses équipes de sport préférées jouent, par exemple). Sur le même principe, Google TV pourrait devenir une sorte d’assistant intelligent. Et enfin aider le téléspectateur.

Philippe Berry
Centre de formation JL Gestion

Centre de formation JL Gestion

NOUS CONTACTER :

JLGESTION sa

Avenue de l’indépendance Belge 58
1081 Bruxelles
Tel : +32 2 412 04 10
Fax : +32 2 412 04 19
Gsm : +32 485 212 722
Email : selossej@jlgestion.be

NOS AVANTAGES :

  • Type de formation : Inter-entreprise, Intra-entreprise et particuliers
  • Formation 100% flexible et personalisée : Vous choisissez le lieu, la date et le programme de formation
  • Demande de devis : Réponse dans les 24 heures.
  • Remise de 50% pour les PME Bruxelloises
  • Parking, boisson et lunch gratuit
  • Accès à notre centre de compétences : Syllabus, note de cours, exercices,…

La filiale de Google va lancer une quarantaine de nouvelles chaînes TV en Europe

La bataille fait rage autour du gâteau publicitaire TV estimé à 200 milliards

YouTube va diffuser des chaînes thématiques françaises !   

La filiale de Google va lancer une quarantaine de nouvelles chaînes en Europe dont 13 en France. Objectif : capter une partie du marché publicitaire de la TV.

Google veut forcer la porte du monde de la TV.
A l’occasion du Marché international des programmes (Mipcom), qui a lieu à Cannes du 8 au 11 octobre 2012, sa filiale YouTube a annoncé la création d’une quarantaine de chaînes thématiques spécifiques à la France, au Royaume-Uni et à l’Allemagne.
Pour l’Hexagone, treize chaînes viennent ainsi renforcer le catalogue des « Original Channels ».
selosse jerome

Formation sur mesure pour entreprise, service publique, particulier. Jl Gestion SA une qualité d’enseignement!

On y trouve un peu de tout : humour (FFSK/Kabo Productions), insolite (It’s Big/Endemol), féminin (AuFeminin La Tribu), citadin (Rendez-vous à Paris/Capa prod), cuisine (Marmiton), santé (Doctissimo Play), musique (Taratata On Air/Air Productions), sport (X-Treme Video), etc.

Une stratégie qui date de 2011

Lancé en octobre 2011, le catalogue Original Channels ne contenait jusqu’à présent que des chaînes dédiées au marché US.
En l’espace d’un an, les internautes américains pouvaient zapper entre une centaine de flux différents.
Avec cette extension géographique, le site de vidéos en ligne souhaite se positionner comme une alternative grandissante aux chaînes télévisuelles traditionnelles.
Les contenus proposés sont réalisées spécialement pour YouTube, dans un format adapté au web (séquences courtes, web TV, etc.).  Les auteurs sont soit issus du monde du web, soit du monde de la télé.
YouTube participe au financement de la production.
En 2011, le site aurait mis, selonHuffington Post, 100 millions de dollars sur la table pour créer les chaînes américaines, sous la forme d’avances sur recettes publicitaires, qui pouvaient aller jusqu’à 5 millions de dollars par chaîne.
Ces recettes publicitaires seront générées soit au travers de bandeaux publicitaires ou par des « prerolls », ces fameuses séquences publicitaires qui précèdent une vidéo et qui – impossibles à contourner – sont beaucoup plus rentables.

Intégré dans la Google TV

Le but de Google, c’est évidemment de capter une partie du fabuleux marché publicitaire de la TV, qui reste encore aujourd’hui le premier marché publicitaire.
Avec YouTube Original Channels, il commence à disposer de contenus de bonne facture.
Et avec sa Google TV, il voudra l’amener au cœur des foyers, ce qui dopera d’autant la valeur publicitaire.
Cette stratégie,  peut-elle réussir ? Difficile à dire pour le moment.
Comparé aux contenus TV traditionnels, les chaînes thématiques YouTube ne sont pour l’instant que des « seconds couteaux ».
Vis-à-vis des annonceurs, la TV classique restera certainement la référence à court et moyen terme.
Une Google TV sans les chaînes TV classiques n’aura donc peut-être pas la force suffisante pour attirer et fidéliser les internautes-spectateurs.
Or, pour l’instant, les chaînes TV se méfient de Google comme de la peste. Elles ont peut-être raison.