Free, l’inexorable perturbateur

Free revient pour surprendre encore. S’il est utile de le rappeler,  en janvier 2012, déjà, Free faisait une entrée fracassante dans le marché de la téléphonie mobile avec son forfait tout illimité à 20€ et un forfait 1h à 2€. La question que j’avais posée ici était de savoir comment Free allait développer sa stratégie pour atteindre les marchés qui n’avaient pas forcément besoin d’une offre internet en béton et d’un forfait avec voix illimité.

Pendant de nombreux mois, les concurrents ont profité de ce dernier segment inexploité (B&You, Joe Mobile, Sosh, ..), et l’on pouvait se poser légitimement la question de savoir ce qu’allait faire Free sur ce marché. Mais Free n’est pas un opérateur habituel, et simplifie son offre au maximum pour pouvoir être lisible par tous avec uniquement 2 produits phares : comment alors capter ce marché sans perdre en lisibilité ?

La solution va encore donner un coup de pied dans la ruche : on prend l’offre la moins chère, et on offre les services de forfaits en moyenne 4 fois plus chers. Le Forfait à 2€ passe dès le prochain mois de facturation à 2h d’appel (contre 1h auparavant), avec les sms illimités (contre 60 sms),  et toujours et encore avec un hors forfait voix ridiculement bas (0,05€/mn, soit 3,6€ l’heure supplémentaire).

xavier niel Free, linexorable perturbateur

Pour certains ce marché peut sembler restreint, mais il regroupe un nombre important de consommateurs ayant des besoins d’appel et de sms faibles et pas la nécessité d’aller sur internet depuis leur téléphone. Vous pouvez retrouver en page 12 et 13 du Rapport de l’Arcep sur l’évolution des prix des services mobiles en France ce type de consommateurs, et vous remarquerez que bien qu’ils consomment beaucoup de sms (plus de 200 par mois), la plupart d’entre eux ne dépassent pas les 1h30 de communication.

Free est donc en totale cohérence avec ce marché, et a l’un des forfaits les plus compétitifs. Même avec un hors forfait de 2h sur son forfait à 2€ (soit 4h de communication, ce qui est exceptionnel pour ce type de consommateurs), le forfait de Free reste plus compétitif que le nouveau forfait 24/24 de B&You et que Joe Mobile en voix illimité, qui eux-mêmes cassaient les prix sur ce segment il y a un mois.

On pouvait se demander si Free se reposerait sur ses lauriers après un gros coup, la preuve en est que non. D’après une analyse d’Olivier Babeau, Free n’a de toute façon pas le choix concernant cette stratégie de perpétuelle casse des coûts et de différenciation face aux concurrents.  Si l’entreprise de Xavier Niel n’est plus perçue comme bon marché et ne progresse plus en nombre d’utilisateurs totaux, elle ne pourra plus continuer à maintenir une stratégie de baisse des prix. En revanche, plus la base d’utilisateurs sera importante, plus l’on pourra s’attendre à voir Free revenir avec d’autre annonces fracassantes à l’avenir.  Ce forfait et cette stratégie va encore faire bouger le marché, et ce ne sont pas les consommateurs qui vont s’en plaindre.

NOS AVANTAGES :

Type de formation : Inter-entreprise, Intra-entreprise et particuliers
Formation 100% flexible et personnalisée : Vous choisissez le lieu, la date et le programme de formation
Demande de devis : Réponse dans les 24 heures.
Remise de 50% pour les PME Bruxelloises
Parking, boisson et lunch gratuit
Accès à notre centre de compétences : Syllabus, note de cours, exercices,…

Faites une demande de devis gratuitement en remplissant notre formulaire en ligne

source: http://www.presse-citron.net/free-linexorable-perturbateur

Le départ de Sinofksy de Microsoft inquiète

Cela faisait 23 ans que Sinofsky officiait au sein de Microsoft. L’annonce surprise de son départ a donc laissé coi.

La bourse sanctionne Microsoft

Les investisseurs quelque peu désorientés ont montré qu’ils n’aimaient pas ce genre de surprise. Le marché a ainsi tout de suite sanctionné le titre à la bourse de New York. L’action Microsoft a décroché de 3.2% au fixing de clôture du Nasdaq passant à 27.09 dollars. Une déconvenue rapide alors que le titre avait grimpé de 4.4% depuis début 2012. On notera toutefois que tous les indices de notation américains ont terminé en repli ce mardi (Nasdaq mais aussi Dow Jones). C’est bien le « fiscal cliff » («mur budgétaire») qui reste au centre des préoccupations et qui plombe le marché américain.

Un contexte macroéconomique tendu dans lequel le départ de Sinofsky laisse les investisseurs sceptiques alors que la société joue son avenir avec ses nouveaux produits.

Concrètement, le périmètre de Sinofsky, considéré comme un des « pères » de Windows 8, est confié à Julie Larson-Green qui s’occupera de la division Windows (hardware et software). Proche collaboratrice de Sinofsky, elle avait participé à la présentation lors du lancement de Windows 8. Tami Reller va chapeauter l’aspect marketing et finance relatif à Windows. Les changements sont effectifs immédiatement.

Steven Sinofsky de Microsoft

Le départ de Steven Sinofsky inquiète les bourses

Un mode collaboratif en mode mineur pour le grand manitou de Windows

L’homme, un temps pressenti comme possible successeur de Steve Ballmer, était un pilier de Microsoft. Il a participé activement au lancement de Windows 8 et de la gamme de tablettes Surface. Sinofsky aurait payé un mode de fonctionnement dans lequel seule une garde rapprochée restreinte était mise dans la confidence laissant d’autres cadres dirigeants à l’extérieur de ses cercles. Un mode collaboratif avec certains fidèles lieutenants qui n’était pas au goût de tous les membres de la direction de Microsoft.

Si cette annonce intervient quelques semaines après le lancement de Windows 8 et de Surface, le départ ne serait toutefois pas lié à des résultats décevants. Ballmer aurait choisi ce timing pour ne pas perturber les lancements de ces nouveaux produits.

La passion selon Sinofsky

Les spéculations vont bon train quant aux raisons précises de son départ, avec comme raison principale qui revient souvent, une personnalité singulière en bisbille avec de nombreux cadres dirigeants, Ballmer inclus.

C’est la raison pour laquelle, l’intéressé a toutefois tenu à démentir les rumeurs relatives à son départ et précise dans email adressé aux employés de Microsoft qu’il voulait « chercher d’autres opportunités. » Et Sinofsky d’ajouter : « Ma passion pour la création de produits est plus forte que jamais et je suis impatient de focaliser mon énergie et la créativité de manière analogue. »

Un homme passionné qui quitte une société passionnante, voilà qui n’est pas sans rappeler le récent départ d’Apple de Scott Forstall. Un départ qui serait imputable à l’accueil mitigé du service de cartographie Plans (et avant cela de Siri) mais enfin et surtout à son refus de signer la lettre ouverte relative aux aléas du service que Tim Cook avait finalement signée.

Rouage essentiel au sein de Microsoft, Sinofsky quitte une société en plein renouveau. La firme de Redmond joue son va-tout dans la mobilité avec Windows Phone 8 mais aussi avec Windows 8 (et RT), l’ensemble étant supposé créer un véritable écosystème.

Source http://www.presse-citron.net/le-depart-de-sinofksy-de-microsoft-inquiete