Nieuwe muziek-apps op iPhone: Freezic en ffwd

Een genre apps dat je misschien niet meer nodig hebt, maar altijd leuk is om even mee te nemen: nieuwe muziek-apps. Twee nieuwe applicaties spelen zich in de kijker op de iPhone: ffwd pakt het uiterlijk van de WindowsPhone Metro-interface en giet die over de muziek van je iTunes heen. Freezic is een nieuwe applicatie die het downloaden van muziek op internet samenvoegt met de muziek in je iTunes.

Nieuwe muziek-apps Freezic iPhoneFreezic wordt ter introductie gratis aangeboden. De muziek-app combineert de muziek die je in je iTunes hebt staan met de muziek die je in de applicatie kan downloaden. Dat kan met een in-app browser vanaf het menu links. De app zelf suggereert zelf een aantal sites waar je legaal gratis muziek vanaf kan halen, maar de adresbalk helpt je naar elke website. De gedownloade muziek komt daarna gewoon tussen de iTunes-muziek te staan in Freezic en luister je net zo makkelijk. Je kan bovendien alle nummers selecteren om in een nieuwe afspeellijst te zetten.

Voorheen kregen de we de handen op elkaar voor Muze, een applicatie die eveneens gedownloade met iTunes-muziek samenvoegde. Die applicatie biedt ook Dropbox-ondersteuning, maar is in vergelijking met Freezic ingewikkeld vormgegeven. Freezic bedient voortreffelijk simpel. Je weet meteen waar je moet zijn. Doorspelen op de achtergrond is geen probleem en de player ziet er ook goed uit. Wel zie je af en toe een reclame pop-up.

Nieuwe muziek-apps ffwd iPhoneNoem het schaamteloos, noem het slim: ffwdkopieert de ‘Metro’-stijl muziekspeler van Windows Phone 7.5. Het is niet de enige app die het doet: Track 8 is al langer verkrijgbaar op de iPhone en heeft zichzelf bewezen met een uitstekende ondersteuning vanuit de ontwikkelaar. Dat moet ffwd nog maar eens aantonen.

In de applicatie put je uit je muziek van iTunes, en daar kan je doorheen navigeren op verschillende manieren door horizontale veegbewegingen. Die leiden je naar overzichten met nummers, albums, artiest en playlists. De meest ludieke eigenschap van de app is dat je een biografie van een artiest kan lezen zodra je er een nummer van hebt opgezet, met een horizontale veeg vanaf de speler. De informatie lijkt te komen van muziekdatabase Last.fm. De applicatie is ook te gebruiken in de liggende houding van de iPhone, maar daarmee houden de beste eigenschappen wel op. Je gebruikt ffwd niet voor zijn functies, maar voor zijn uiterlijk. En dat trucje biedt Track 8 voor de helft én universeel.

Source : http://www.iphoneclub.nl

Brussels translation

Brussels translation

Vertaling Brussel Brusselstranslation.be U wilt een herziening van een aantal eentalige documenten belangrijk?

 

Nokia stelt de camera van de smartphone centraal

 

In een poging om zich te differentiëren van andere smartphone-fabrikanten, en om meer marktaandeel af te snoepen van Apple en Samsung, zal Nokia in 2013 vooral de focus leggen op de camera en fotosoftware van haar smartphone-lijn.

In 2012 lanceerde Nokia al de PureView 808 met een camera van 41 megapixels, en dankzij de optische beeldstabilisatie van de Lumia 920 kun je foto’s nemen met langere sluitertijden, waardoor je minder risico loopt op bewogen beelden en ook in het donker kwalitatieve foto’s kunt maken. Nokia heeft ook al fotosoftware voorhanden, in de vorm van apps als Photo Beamer en Panorama Filter.

Dit jaar wil Nokia verder borduren op ‘cameratelefoons’, zo liet Chris Weber weten op de CES-elektronicabeurs in Las Vegas. De lenzen moeten nog beter worden, de apps nog gesofisticeerder.

Er zijn nog geen releases bekend, maar Nokia wil zijn toekomstige ‘cameratelefoons’ – die ongetwijfeld zullen draaien op Windows Phone 8 – zowel op het duurdere als op het goedkopere marktsegment afstemmen. Dat wordt nog een hele uitdaging, want fancy cameralenzen zijn niet bepaald goedkoop.

Source : http://datanews.knack.be

Training adobe photoshop in Brussel Antwerpen Gent Hasselt Belgium

 

Contact :

JL GESTION NV

Belgische Onafhankelijkheidlaan 58
1081 Brussel
Tel : +32 2 412 04 10
Fax : +32 2 412 04 19
Mobiel: +32 485 212 722
Email : selossej@jlgestion.be

Onze voordelen:

Aard van de opleiding: Inter-company, intra-bedrijfs-en prive-
Training 100% flexibele en persoonlijke: U kiest de plaats, datum en trainingsprogramma
Citaat: Response in 24 uur.
50% korting voor KMO’s Brussel
Parkeergelegenheid, Gratis drankje en lunch
Toegang tot onze competence center: Syllabus, cursus, oefeningen, …

JL Gestion Informatica opleidingen

Vraag een gratis offerte door het invullen van ons online formulier

Les caractéristiques du premier smartphone sous BB10 (BlackBerry Z10) se précisent

Sommes-nous tombés sur la tête après cette fin du monde ratée ? Non rassurez-vous, vous êtes bien sur FrAndroid et nous parlons bien de BlackBerry !

blackberry-z10

RIM (l’entreprise canadienne éditrice de BlackBerry) est dans une situation très délicate en ce moment, après avoir raté le virage des smartphones. Avec la tablette PlayBook et son système d’exploitation QNX, une première tentative pour revenir dans la bataille a été faite, mais malheureusement les ventes n’ont pas suivies. Parmi les particularités du système, on note la possibilité d’exécuter des applications Android via une machine virtuelle adaptée (et c’est justement pour cela que nous allons de plus en plus parler de l’actualité de BlackBerry dans les mois à venir).

L’avenir de la société passe par BlackBerry 10 (raccourci en BB10), qui sera annoncé le 30 janvier prochain. Cette version utilise également QNX et par conséquent peut faire tourner des applications Android, mais aussi celles développées en Adobe Air, HTML5 ou C/C++. Le premier smartphone qui utilisera BlackBerry sera nommé le BlackBerry Z10 : vous l’aurez probablement remarqué, il n’a pas le clavier BlackBerry et reprend les codes du design de l’iPhone.

Après les photos, il était intéressant de voir les caractéristiques de la bête et RIM rattrape son retard. L’écran mesurera 4,2 pouces avec une définition HD (1280 x 768 pixels) et le processeur sera différent selon l’endroit où vous l’acheterez : un double-coeur Qualcomm Snapdragon MSM8960 pour les Etats-Unis et le Canada et du Texas Instruments OMAP 4470 cadencé à 1,7 GHz pour le reste du monde, qui s’appuiera sur 2 Go de mémoire vive ! Il embarquera 16 ou 32 Go de mémoire interne, sachant qu’un lecteur de carte microSD sera intégré.

Deux caméras seront présentes : du 8 mégapixels sur l’arrière avec flash LED et du 2 mégapixels sur l’avant. Pour ce qui est de la connectivité, c’est un sans-faute : LTE, NFC, WiFi 802.11 a/b/g/n, Bluetooth 4.0, A-GPS, microUSB et microHDMI. On termine avec une batterie de 1800 mAh.

Même si toutes ces caractéristiques ne sont pas officielles, elles sont plus que tentantes. Malheureusement entre iOS, Android et maintenant Windows Phone 8, BlackBerry 10 aura fort à faire pour s’imposer, d’autant que l’image de la marque se dégrade de plus en plus et que les pros qui aimaient tant cette plateforme se tournent désormais vers la concurrence.

Sachant que des applications peuvent être utilisées sur ce téléphone, êtes-vous tentés pour basculer vers un BB10 ?

Source: http://www.frandroid.com/rumeurs/122627_blackberry-z10-caracteristiques-smartphone-bb10/

Formation informatique new media

Découvrez nos formations nouveaux médias à Bruxelles, Lille, Amsterdam, Paris, Corfu

NOUS CONTACTER :

JL GESTION SA

Avenue de l’indépendance Belge 58
1081 Bruxelles
Tel : +32 2 412 04 10
Fax : +32 2 412 04 19
Gsm : +32 485 212 722
Email : selossej@jlgestion.be

NOS AVANTAGES :

  • Type de formation : Inter-entreprise, Intra-entreprise et particuliers
  • Formation 100% flexible et personnalisée : Vous choisissez le lieu, la date et le programme de formation
  • Demande de devis : Réponse dans les 24 heures.
  • Remise de 50% pour les PME Bruxelloises
  • Parking, boisson et lunch gratuit
  • Accès à notre centre de compétences : Syllabus, note de cours, exercices,…

Faites une demande de devis gratuitement en remplissant notre formulaire en ligne

Mobistar-facturatie voor Windows Phone is een feit

Het is voortaan mogelijk om als Mobistar-klant apps op je Windows Phone te betalen via je Mobistar-factuur of je prepaid-kaart. Eerder was al uitgelekt dat de dienst op komst was.

Mobistar pioniert in ons land met ‘mobile operator billing’ voor Windows Phone-platformen, waarmee je de betaling van apps via je Mobistar-factuur of prepaid-kaart kan laten verlopen. Dat maakt apps aankopen veel eenvoudiger en sneller dan telkens te moeten betalen via kredietkaart. Dat de dienst op komst was, was al eerder bekend geraakt. Nu meldt Mobistar dat ze ook ‘live’ staat.

De verhoogde eenvoud moet zowel voor Mobistar als voor Microsoft centen in het laatje brengen. Immers, Microsoft hoopt er de app-verkoop mee aan te zwengelen en Mobistar krijgt een percentje per verkochte app. Vanaf Windows Phone 8 geldt trouwens hetzelfde voor de aankoop van muziek. Eerdere ervaringen van moederbedrijf Orange met mobile operator billing zouden alvast bemoedigend zijn.

Microsoft is trouwens de eerste met die facturatiewijze voor apps. Android zou die mogelijkheid volgend jaar incorporeren. Apple, dat liever niet teveel ‘percentjes’ aan derden afstaat, houdt vooralsnog de boot af.

Source : http://datanews.knack.be

Iphone 5 - JL GESTION sa

Iphone 5 – JL GESTION sa

CONTACT :

JLGESTION

Belgische Onafhankelijkheidlaan 58
1081 Brussel
Tel : +32 2 412 04 10
Fax : +32 2 412 04 19
Mobiel: +32 485 212 722
Email : selossej@jlgestion.be

Onze voordelen:

Aard van de opleiding: Inter-company, intra-bedrijfs-en prive-
Training 100% flexibele en persoonlijke: U kiest de plaats, datum en trainingsprogramma
Citaat: Response in 24 uur.
50% korting voor KMO’s Brussel
Parkeergelegenheid, Gratis drankje en lunch
Toegang tot onze competence center: Syllabus, cursus, oefeningen, …

JL Gestion Informatica opleidingen

Vraag een gratis offerte door het invullen van ons online formulier

 

 

Un concept de Play Store

Le Google Play Store est en constante évolution, mais son design et son ergonomie sont souvent remis en cause.

concept play store

L’Android Market a toujours été le pilier d’Android, car c’est la boutique d’applications la plus importante sur ce système d’exploitation. Renommé depuis en Play Store, l’application mobile a subi plusieurs changements depuis sa création : plusieurs designs, l’ajout de nouveaux classements, de nouveaux types de média et de nouvelles fonctionnalités.

Hélas le design actuel ne fait pas toujours l’unanimité, notamment sur tablettes où la version introduite sur Honeycomb était beaucoup plus agréable visuellement et à l’utilisation. Malheureusement cette version du système, en plus d’être buggée, ne permettait pas à l’utilisateur de laisser de commentaire sur les applications du Play Store : un comble !

La version actuelle a une interface souvent qualifiée de « Windows Phone », dans la mesure où le premier écran fait penser aux tuiles, mais aussi le swipe entre les catégories qui n’était pas un standard il y a seulement quelques mois. Au fur et à mesure des ajouts de fonctionnalités, le Play Store se transforme en véritable bazar, dans lequel il est parfois difficile de s’y retrouver.

Sur Google, un concept de Play Store pour smartphone vient d’être publié et semble à la fois ergonomiquement et visuellement plus travaillé… alors qu’il n’a été fait que par une seule personne ! L’interface reprend le sliding/flying menu que l’on retrouve sur YouTube, Google+ ou encore l’application FrAndroid. Celui-ci donne directement accès aux différentes catégories du Store et évite ainsi de devoir retourner sur l’accueil. La liste des applications est également travaillée, avec les éléments mis en avant.

Les images que vous voyez sont déjà le deuxième brouillon du designer et malgré quelques incohérences (le sens de la flèche dans l’ActionBar par exemple), on se rapproche d’une application potentiellement déployable. Un autre designer a, de son côté, créé une page type :

Espérons que Google s’en inspire pour sa prochaine version, qui pourrait, pourquoi pas, arriver avec Android 5.0.

Devenir manager d'une équipe

Devenir manager d’une équipe

NOUS CONTACTER :

Avenue de l’indépendance Belge 58
1081 Bruxelles
Tel : +32 2 412 04 10
Fax : +32 2 412 04 19
Gsm : +32 485 212 722
Email : selossej@jlgestion.be

NOS AVANTAGES :

  • Type de formation : Inter-entreprise, Intra-entreprise et particuliers
  • Formation 100% flexible et personnalisée : Vous choisissez le lieu, la date et le programme de formation
  • Demande de devis : Réponse dans les 24 heures.
  • Remise de 50% pour les PME Bruxelloises
  • Parking, boisson et lunch gratuit
  • Accès à notre centre de compétences : Syllabus, note de cours, exercices,…

Faites une demande de devis gratuitement en remplissant notre formulaire en ligne

Eric Schmidt : « C’est curieux qu’Apple n’ait jamais attaqué Google »

Eric Schmidt a été interrogé par les journalistes du Wall Street Journal. Il est revenu sur la guerre des brevets et l’actualité de Google.

Eric Schmidt est l'ancien CEO (PDG) de Google

Eric Schmidt est l’ancien CEO (PDG) de Google – il a exercé ce poste pendant plusieurs années. Dans cette entrevue avec le journal américain, il est revenu sur les divers affaires du moment. Il a déclaré « qu’il n’y avait pas de guerre entre Apple et Google ». Selon lui, les deux entreprises sont adultes et gérées comme des micro-états. Néanmoins, il y a souvent des conflits – cela n’empêche pas les deux entreprises de discuter ensemble pour résoudre certains points. Cependant, une phrase qu’il a prononcé a été particulièrement intéressante :

C’est extrêmement curieux qu’Apple ait choisi d’attaquer en justice les partenaires de Google et non Google directement.

Effectivement, nous savions qu’Apple visait Google en attaquant tous les partenaires du géant de la recherche, Microsoft use de la même méthode pour protéger ses intérêts. En tout cas, cela ne dérange pas Eric Schmidt qui est plus inquiets pour les petites entreprises qui n’ont pas les ressources pour protéger leur produits.

Enfin, il a évoqué le Google Play et Windows Phone. Concernant le Google Play, il est conscient que sa boutique a pris plus de temps à décoller que l’App Store, néanmoins désormais « cela décolle depuis 6 mois environ ». A propos de Windows Phone, il n’a pas encore testé Windows Phone 8 mais il a plutôt un avis mitigé sur cette solution : « Microsoft n’a pas encore la bonne formule ».

intro-formation-continue-

NOUS CONTACTER :

Avenue de l’indépendance Belge 58
1081 Bruxelles
Tel : +32 2 412 04 10
Fax : +32 2 412 04 19
Gsm : +32 485 212 722
Email : selossej@jlgestion.be

NOS AVANTAGES :

  • Type de formation : Inter-entreprise, Intra-entreprise et particuliers
  • Formation 100% flexible et personnalisée : Vous choisissez le lieu, la date et le programme de formation
  • Demande de devis : Réponse dans les 24 heures.
  • Remise de 50% pour les PME Bruxelloises
  • Parking, boisson et lunch gratuit
  • Accès à notre centre de compétences : Syllabus, note de cours, exercices,…

Faites une demande de devis gratuitement en remplissant notre formulaire en ligne

Facebook intéressé par WhatsApp et son appli populaire de SMS

La mobilité est le nouveau cheval de bataille de Facebook. La société a récemment fait de gros efforts sur ses applis mobiles (Facebook, Facebook Messenger et Facebook Camera). Mais, avec dans le viseur le milliard d’utilisateurs, il semble bien que la société de Mark Zuckerberg veuille étendre encore un peu plus son affluence dans le secteur de la mobilité.

Dans cette optique, Facebook serait, selon TechChrunch, actuellement en négociations avec WhatsApp. La société a développé l’appli de messagerie instantanée WhatsApp. Toutefois, on ne sait guère si les pourparlers sont avancés et si un prix a déjà été fixé. Mais l’intérêt du Social Network pour WhatsApp démontre une volonté certaine, voire farouche, de changer son service de messagerie.

Pour l’heure, Facebook Messenger fonctionne sur Android, BlackBerry et iOS tandis que WhatsApp Messenger fonctionne sur ces mêmes plates-formes mais aussi sur Symbian, Windows Phone et Nokia S40. Précisons que fin janvier 2012, Nokia annonçait avoir vendu 1.5 milliard de terminaux tournant sous cet OS (en 10 ans avec 200 références de téléphones).

WhatsApp Messenger Presse Citron 590x287 Facebook intéressé par WhatsApp et son appli populaire de SMS

Programmée dans le langage Erlang, l’appli WhatApp fonctionne sans publicité. Sur iOS, elle est facturée 0.89€ tandis qu’elle est gratuite sur Android la première année (il faut ensuite s’acquitter de 0.99$/an). Un business model aux antipodes de celui de Facebook qui s’appuie sur la publicité. Toutefois, on peut imaginer que les deux sociétés pourraient accorder leur violon. WhatsApp cherche clairement à évoluer ; preuve en est, la société cherche des traducteurs (en japonais, français, hébreux, allemand, italien, coréen, norvégien, espagnol, portugais..).

WhatsApp annonçait un milliard de messages par jour fin octobre 2011 et 10 fois plus en août 2012. Au-delà du chiffre, c’est donc la croissance fulgurante de la société qui séduit.

Reste à voir comment Facebook Messenger et WhatsApp Messenger pourraient cohabiter.

Source : http://www.presse-citron.net

intro-formation-continue-

JL GESTION SA – CENTRE DE FORMATION –

NOUS CONTACTER :

Avenue de l’indépendance Belge 58
1081 Bruxelles
Tel : +32 2 412 04 10
Fax : +32 2 412 04 19
Gsm : +32 485 212 722
Email : selossej@jlgestion.be

NOS AVANTAGES :

  • Type de formation : Inter-entreprise, Intra-entreprise et particuliers
  • Formation 100% flexible et personalisée : Vous choisissez le lieu, la date et le programme de formation
  • Demande de devis : Réponse dans les 24 heures.
  • Remise de 50% pour les PME Bruxelloises
  • Parking, boisson et lunch gratuit
  • Accès à notre centre de compétences : Syllabus, note de cours, exercices,…

Faites une demande de devis gratuitement en remplissant notre formulaire en ligne

Microsoft annonce 25 millions d’utilisateurs et une appli Android

Outlook Microsoft logo Presse Citron 533x300 Outlook.com : Microsoft annonce 25 millions dutilisateurs et une appli Android

Lancé en version bêta le 31 juillet 2012, Outlook.com continue son petit bonhomme de chemin avec une croissance linéaire (et une légère inflexion fin octobre) qui l’a conduit à une base de 25 millions d’utilisateurs. Pour la petite histoire, on se souvient qu’en seulement 6 heures après son lancement, Outlook.com comptait déjà un million d’utilisateurs.

Le service de messagerie électronique destiné à remplacer Hotmail séduit avec des qualités intrinsèques. Il a ainsi été récemment élu par Time Magazine numéro un parmi les « 50 Meilleurs sites Web 2012« .

Pour convaincre, Microsoft n’a pas hésité à faire tester Outlook.com à des utilisateurs de Gmail. Le retour aurait été largement positif avec, revenant souvent, une interface plus claire, une plus grande efficacité que Gmail pour bloquer les spams… C’est aussi la facilité de partage des photos et des documents Office qui séduit. Après 5 jours d’utilisation, 4 utilisateurs de Gmail sur 5 s’avoueraient convaincus au point de vouloir basculer vers Outlook.com. Et Microsoft d’enfoncer le clou en précisant que parmi les 25 millions d’utilisateurs actifs, un tiers sont des utilisateurs de Gmail également.

La firme de Redmond veut désormais les convaincre de faire d’Outlook.com leur service de messagerie principal. Pour cela, la société met en avant les nombreux raccourcis clavier qui peuvent être personnalisés, la recherche rapide avec l’utilisation de symboles clefs (« / » pour chercher des emails, « To » pour chercher les destinataires, « Obj » pour chercher des sujets…)…

Enfin, Microsoft annonce l’appli gratuite Outlook.com sur le Google Play à destination des terminaux Android. Celle-ci est la bienvenue dans la mesure où elle supporte nativement Exchange ActiveSync. Si les iPhone et les Windows Phone supportent cette fonctionnalité nativement, ce n’était pas le cas des terminaux Android. L’appli Outlook.com fonctionne sur Android 2.x minimum.

adoption Outlook Presse Citron 512x300 Outlook.com : Microsoft annonce 25 millions dutilisateurs et une appli Android

Source : http://www.presse-citron.net

JL Gestion sa

JL Gestion sa

NOUS CONTACTER :

Avenue de l’indépendance Belge 58
1081 Bruxelles
Tel : +32 2 412 04 10
Fax : +32 2 412 04 19
Gsm : +32 485 212 722
Email : selossej@jlgestion.be

NOS AVANTAGES :

  • Type de formation : Inter-entreprise, Intra-entreprise et particuliers
  • Formation 100% flexible et personalisée : Vous choisissez le lieu, la date et le programme de formation
  • Demande de devis : Réponse dans les 24 heures.
  • Remise de 50% pour les PME Bruxelloises
  • Parking, boisson et lunch gratuit
  • Accès à notre centre de compétences : Syllabus, note de cours, exercises,…

 

Nokia Lumia 920

C’est la grosse offensive de l’automne : Windows 8 débarque sur les ordinateurs, les tablettes, et… les smartphones. Ou plutôt pour ces derniers, une version différente et spécifique du nouveau système d’exploitation de Microsoft, mais qui reprend la même interface, avec ses tuiles vivantes (ou animées).

Windows Phone 8 est disponible sur une sélection encore peu fournie de smartphones, parmi lesquels les HTC 8S, HTC 8X, le Samsung Ativ S (ces trois modèles devant arriver sur le marché en décembre), et donc la gamme Lumia de Nokia, pour le moment constituée du Lumia 820 et du Lumia 920. C’est ce dernier que j’ai en main depuis une quinzaine de jours. Quelles sont ses qualités, ses défauts ? C’est ce que nous allons voir dans ce test.

NB : une vidéo sera publiée prochainement pour compléter ce test

Prise en main et premières impressions
La première impression est un peu la même que celle que j’ai ressentie en prenant en main pour la première fois sa cousine la tablette Surface de Microsoft : c’est beau et c’est lourd. Le lumia 920 fait clairement partie de la famille des smartphones géants, dans laquelle on compte déjà par exemple des engins comme le Samsung Galaxy S3. A cette différence près que si Samsung a misé sur la finesse et la légèreté avec une coque en plastique ultra-fin, le Nokia fait dans le massif avec une coque unibody en métal d’une épaisseur de 10,7 mm qui lui vaut d’accuser un bel embonpoint de 185 grammes sur la balance…

IMG 2727 Test du Nokia Lumia 920 sous Windows Phone 8
Cela étant, si je ne suis pas fan des smartphones lourds, je considère que la taille n’est pas un problème, et au contraire, plutôt un avantage : la prise et la tenue en main est plus sûre et agréable (contrairement à mon iPhone 5 que j’ai toujours l’impression d’échapper tant il est léger et fin), et ce choix de dimension offre le bénéfice incontestable de jouir d’un grand écran. Avec le Nokia Lumia 920 on est plutôt bien servi de ce point de vue : son écran haute résolution de 4,5 pouces affichant 1280 x 768 pixels est juste superbe. Nous avions déjà été habitués aux écrans magnifiques des Windows Phone, d’abord avec l’ancêtre Samsung Omnia 7, puis le Nokia Lumia 800 et 900, et le Lumia 920 s’inscrit totalement dans cette lignée. Les couleurs sont chatoyantes et vives, les noirs profonds et le contraste jamais pris en défaut. Bref, c’est beau et ça donne envie de jouer avec, sensation connue depuis que Windows Phone existe.

Cela étant, le poids du Lumia 920 risque d’en rebuter quelques-uns : dans une poche de jean ou de veste, celui-ci ne sera pas forcément le bienvenu, ce qui pourrait se révéler rédhibitoire pour certains utilisateurs qui font du poids un critère déterminant.

Petite remarque concernant l’ergonomie dans la prise en main, que j’ai déjà faite pour de nombreux smartphones, dont le Lumia 800 et le Galaxy S3 : je trouve que les constructeurs qui s’obstinent à installer le bouton marche-arrêt/verrouillage de l’écran sur le flanc (droit) de l’appareil font une erreur d’ergonomie. C’est en effet pile l’endroit où l’on pose les doigts quand on prend l’appareil en main, et je ne compte pas le nombre de fois où j’éteins l’écran involontairement alors que je suis en train de m’en servir. Difficile également à l’aveugle de faire la différence entre celui-ci et les boutons de volume, qui se trouvent sur la même tranche, à quelques millimètres de distance. Un verrouillage intempestif très pénible sur Windows Phone car, contrairement à l’iPhone, il a pour effet de fermer l’application que vous êtes en train d’utiliser. Bref, pour moi, le bouton de verrouillage doit se trouver en haut, comme sur iPhone ou BlackBerry… Fin de la parenthèse.

Le package : qu’y a-t-il dans la boîte ?
On retrouve le même design de packaging que ce que l’on connaissait déjà avec les Windows Phone Nokia, à savoir un joli coffret coloré à tiroir qui présente l’appareil dans une sorte d’écrin noir mat.

La boîte contient :

le Nokia Lumia 920
un chargeur rapide USB AC-16
un câble de données et de chargement Nokia CA-190D
le kit oreillette Nokia WH-208
un guide rapide de démarrage
la petite de verrouillage qui permet d’ouvrir le tiroir de la SIM (on dirait celle de l’iPhone)

Fonctionnement, ergonomie
Je ne reviendrai pas sur l’ergonomie de Windows Phone, devenue familière désormais avec son interface à gros carrés animés « Metro », et j’ai déjà eu l’occasion de dire tout le bien que j’en pensais : c’est beau, fluide, original, et réactif. Au risque de me répéter, je redis que la fluidité et la réactivité sont au niveau de la référence iOS (et notamment celle de l’iPhone 5), voire même, dans certaines commande, supérieure. Jouer avec les menus (je dis jouer car l’exercice, quoiqu’on fasse, a toujours un côté ludique), voir les transitions et animations est toujours un plaisir, et l’on se surprend à manipuler l’interface tactile machinalement, même sans raison particulière.

Cette sensation est amplifiée par la puissance de l’appareil (1 Go de mémoire vive) et la taille de l’écran, qui permet d’afficher des tuiles de dimension différentes, et de les personnaliser à sa main.

Pour le reste, rien de très nouveau, Windows Phone 8 n’est rien d’autre qu’une légère évolution de Windows Phone 7.5, et si nouveautés il y a, celles-ci se cachent plutôt sous le capot que dans la partie visible de l’OS.

Téléphonie
RAS du côté des fonctions de téléphonie : c’est simple, intuitif et rapide. Windows Phone a de ce point de vue innové depuis sa précédente mouture en introduisant des fonctionnalités sociales à l’intérieur même de la fonction de téléphone. Outre les écrans et boutons habituels (clavier, contacts, derniers appels, rechercher…) on a droit à quatre écrans supplémentaires qui agrègent différents centres d’intérêts à vocation sociale : Tous, Quoi de neuf, Récents et Ensemble, cette dernière fonctionnalité proposant elle-même deux sous-rubriques, Salons et Groupes. Les Groupes sont une fonction puissante particulièrement prisée des adeptes de Windows Phone.

Connectivité
Le Lumia 920 est doté d’un port micro-USB qui sert pour la recharge de la batterie et pour le transfert de fichiers, d’un et connecteur audio universel 3,5 mm. Côté sans-fil, on a droit au Bluetooth 3.0, au NFC, au Wi-Fi WLAN IEEE 802.11 a/b/g/n et au chargement sans fil Qi.

Photo et vidéo
Les appareils-photo embarqués dans les smartphones de dernière génération sont devenus si performants que l’on se demande s’ils ne vont pas finir par tuer le marché des appareils-photo compacts. En ce qui me concerne c’est déjà fait : à l’exception de mon reflex dans quelques rares cas particuliers (portraits, objets rapprochés) je n’utilise plus d’appareil-photo depuis l’iPhone 4S, y compris en voyage. Nokia, qui nous habitués de longue date à proposer des fonctionnalités photo de qualité sur ses smartphones, a placé cette fois encore la barre très haut : le Lumia 920 est équipé d’un appareil-photo autofocus avec la technologie Pure View et objectif Carl Zeiss Tessar de 8,7 megapixels permettant de prendre des clichés d’une résolution de 3552 x 2448 pixels. Le zoom numérique est X4. En façade, pour les appels vidéo, on a droit à un capteur de 1280 x 960 pixels.

Le mieux pour juger de la qualité des photos et des vidéos est de regarder ci-après celles que j’ai faites ces derniers jours. J’ai dû les compresser en JPG à 80% pour les rendre accessibles ici mais elles sont dans leur dimension originale. Cliquer dessus pour les voir en taille réelle.

Musique et radio
Grosse déception, et incompréhension : si comme moi vous êtes adepte et/ou abonné du service de musique en streaming Spotify, sachez que l’application Spotify, qui était disponible sur Windows Phone 7.5, a disparu du Store pour Windows Phone 8. Spotify n’est donc pas disponible sur le Nokia Lumia 920 et c’est fort dommage. Espérons que ce ne soit que temporaire et que l’application arrivera très vite. En attendant on accède quand même à deux sources de musique : l’application Xbox Music, qui remplace Zune, et l’application Nokia Music, qui permet d’écouter en flux des radios thématiques. N’ayant pas de compte autre que Spotify et donc pas de compte Xbox Music Store, j’écoute de la musique sur Nokia Music via ses radios. Là encore, c’est beau et c’est fluide. Bien sûr il ne faut pas être trop difficile sur le choix des artistes car si celui-ci est large, vous écoutez en mode « playlist imposée » par genre, ce que Nokia appelle des « mix », et par conséquent il n’est pas possible par exemple de parcourir l’album entier d’un artiste donné. Cela étant, en ex-adepte de Pandora et de la découverte d’artistes que je ne connaissais pas, ce système aléatoire me convient parfaitement… en complément, mais j’aurais du mal à m’en satisfaire comme source unique de musique. Quand je craque sur un titre ou un artiste je suis plutôt du genre à le repasser en boucle 2365 fois par heure, voyez-vous.

Côté son, les hauts-parleurs stéréo sont moyens, sans plus, moins bons en tout cas que ceux de l’iPhone, plus nasillards, moins nets. Au casque évidemment c’est bien meilleur, d’autant que le Nokia 920 est doté de deux fonctions destinées à améliorer l’écoute : d’une part un égaliseur numérique, et d’autre part le Dolby. Notez cependant que ces deux options ne sont actives que lorsqu’un casque audio est branché sur l’appareil. J’ai testé le Dolby et je n’ai pas été convaincu. La compression audible du son surtout portée vers les mediums ne correspond pas en tout cas à ce que mon oreille préfère. Du coup j’ai appliqué mes réglages habituels sur l’éqaliseur, en « V », désactivé le Dolby, et je trouve que c’est meilleur comme ça.

A noter, pour les adeptes de la FM : le tuner FM qui équipait le Nokia Lumia 800 a disparu sur le 920. Exit donc la radio hors streaming internet. C’est fâcheux si l’on n’a pas un bon forfait data ou frustrant si l’on est dans un coin bien couvert par la FM mais sans connexion internet…

IMG 2598 Test du Nokia Lumia 920 sous Windows Phone 8
Applications
Autant les premiers Windows Phones étaient un peu pauvres en applications, autant l’alliance de Microsoft avec Nokia a permis d’obtenir des smartphones assez richement dotés d’origine, grâce au catalogue du constructeur finlandais, riche d’une assez longue expérience dans ce domaine, et qui a pu adapter rapidement quelques-unes de ses apps à ce nouvel environnement. Le Nokia Lumia est donc pré-équipé nativement avec les applications suivantes :

Natives Microsoft/Windows 8 :

Dictaphone
Calculatrice
Horloge
Agenda
Répertoire
Remarques
Aide-mémoire
Liste des tâches
Répertoire avec réseaux sociaux intégrés
OneNote
Alarmes
Contacts
Hotmail
Xbox Music
Windows Store
Internet Explorer 10
Office (Word, Excel, Powerpoint)
OneNote
Photos
Messages
Portefeuille
Skydrive
Studio Créatif
Origine Nokia :

Nokia Care
Nokia Cartes
Nokia Drive (GPS)
Nokia Explore
Nokia Musique
Nokia Transport
A noter :

Autonomie
C’est la très bonne surprise de ce smartphone. Alors que la plupart des smartphones du marché nous ont habitués à tenir dan le meilleur des cas une petite journée, et encore sous réserve de ne pas trop tirer sur la batterie, il semblerait que dans les mêmes conditions le Lumia 920 tienne plutôt une journée et demie, voire deux. J’ai testé la durée de la batterie après une charge complète, en veille, avec WiFi et 3G activés. Verdict : presque trois jours se sont écoulés avant que la batterie ne s’avoue vaincue. Dans les mêmes conditions, mon iPhone chauffe et s’éteint au bout de un jour et demi à jours dans le meilleur des cas. Un très bon point pour le Lumia 920, donc.

Bugs
J’ai lu récemment dans certains blogs US que les premiers utilisateurs du Lumia 920 faisaient état de plusieurs bugs : redémarrages intempestifs, décharge importante de batterie, ou blocages divers. Je n’ai pas constaté cela, à une chose près : mon Lumia 920 m’a gratifié hier effectivement d’un drôle d’arrêt-reboot spontané après être bizarrement resté figé sur un écran noir. A part cet épisode, rien de spécial à signaler.

En conclusion
Il y a du monde sur le marché des smartphones, avec des acteurs solidement implantés, comme l’iPhone, les Samsung Galaxy et autres Android, et Microsoft peine encore à se faire une place au soleil. Cette fois la firme de Redmond est en ordre de bataille avec Windows 8 et sa déclinaison mobile, et sort l’artillerie lourde en termes de marketing, aidée en cela par Nokia. Le Nokia Lumia 920 a de solides arguments en sa faveur. Si l’on a aimé le 800, on aimera certainement encore davantage le 920, puisque c’est le même au format XXL avec en plus une dotation d’origine très fournie. De plus, le Windows Store pour les Windows Phone est maintenant particulièrement bien achalandé avec près de 100.000 apps, ce qui représente un solide argument. Il ne lui manque plus qu’un Flipboard et quelques apps de presse pour être parfait. A 650 euros nu, il se situe dans la moyenne des smartphones haut de gamme, entre iPhone et Galaxy S3, mais avec un bon plan de votre opérateur téléphonique vous devriez pouvoir le trouver à un prix bien moins élevé.

Si vous en avez marre de votre iPhone et qu’Android vous file des boutons, vous savez ce qu’il vous reste à faire

J’aime bien

la taille de l’écran
la qualité de l’écran
la fluidité et la réactivité de l’OS
le côté ludique des menus et des transitions
l’appareil-photo
les applications Nokia, pratiques, gratuites et bien réalisées

J’aime moins

le poids
manque encore quelques applications-clés (Spotify, Flipboard…)
le bouton marche-arrêt sur la tranche de l’appareil

Source : http://www.presse-citron.net

Facebook- publicité-en-ligne

JL GESTION SA – centre de formation bruxelles, lille, amsterdam, paris, corfu

NOUS CONTACTER :

JLGESTION sa

Avenue de l’indépendance Belge 58
1081 Bruxelles
Tel : +32 2 412 04 10
Fax : +32 2 412 04 19
Gsm : +32 485 212 722
Email : selossej@jlgestion.be

NOS AVANTAGES :

  • Type de formation : Inter-entreprise, Intra-entreprise et particuliers
  • Formation 100% flexible et personalisée : Vous choisissez le lieu, la date et le programme de formation
  • Demande de devis : Réponse dans les 24 heures.
  • Remise de 50% pour les PME Bruxelloises
  • Parking, boisson et lunch gratuit
  • Accès à notre centre de compétences : Syllabus, note de cours, exercises,…

La tablette Microsoft Surface RT

Source : http://www.presse-citron.net/test-de-la-tablette-microsoft-surface-rt

Alors que Microsoft a, depuis la genèse de sa division mobile au début des années 2000, toujours confié la réalisation de ses terminaux mobiles à des partenaires constructeurs spécialisés, de la première génération de Pocket PC à la dernière de Windows Phone, le géant de l’informatique a choisi une voie nouvelle pour lancer Windows 8 sur tablettes. A côté des partenariats habituels, Microsoft a conçu ses propres tablettes sans passer par une marque tiers.

Une stratégie nouvelle, qui rend la firme de Redmond moins dépendante des aléas des partenariats, mais qui a été peut-être inspirée par les modèles appliqués par les confrères, Apple en tête, mais également BlackBerry, et dans une certaine mesure Google avec sa gamme Nexus.

Les tablettes Microsoft Windows 8 RT arrivent sur le marché. Représentent-elles une concurrence crédible et sérieuse pour les iPad et autres Nexus ? Risquent-elles de faire de l’ombre aux ultrabooks ? C’est ce que nous allons voir dans ce test.
Prise en main et première impression

Le packaging est de qualité, dans l’esprit assez minimaliste qui semble être la norme actuellement. Une boîte noire et blanche à « tiroir » contient la tablette, son câble d’alimentation et le chargeur. Le connecteur de recharge est propriétaire, et le câble peut être branché indifféremment dans les deux sens grâce à une prise aimantée.

ipad surface. Test de la tablette Microsoft Surface RT

La première impression qui se dégage de la tablette lors de la prise en main initiale est double : c’est beau… et c’est lourd. L’impression de qualité est également au rendez-vous, le matériau de type alu brossé anodisé noir est élégant, et le grand écran, flatteur. Le ratio largeur-hauteur 16/9ème avec résolution de 1366 x 768 pixels est cependant un peu déroutant au début, même si je ne suis pas totalement novice en la matière puisque j’avais déjà eu l’occasion de tester un prototype très avancé lors du Build à Los Angeles en septembre 2011. Si l’on considère que tenir longuement un iPad en main (même à deux mains) est fatiguant, l’expérience avec la Surface sera d’autant plus éprouvante. Mais nous verrons plus tard que cette dernière a d’autres atouts en matière d’ergonomie.
Ergonomie, fluidité, réactivité
Ceux qui connaissent Windows Phone savent que côté fluidité et réactivité, cette plateforme était déjà parmi ce qui se fait de mieux en la matière, surpassant même peut-être la référence iOS. On retrouve ces qualités sur la tablette Surface avec Windows 8, en tout cas dans la partie avec l’interface « Metro », car dans la section Bureau classique, il serait difficile de comparer une interface qui n’est pas à l’origine prévue pour être tactile. Dans la section avec les tuiles tactiles, l’agrément d’utilisation avec un effleurement de l’index est total. La fluidité est absolue, toutes les commandes s’enchaînent dans jamais grincer ni coincer, les transitions sont agréables à regarder, les écrans s’affichent sans aucun lag, bref on frise la perfection. Le grand écran de 10,6 pouces est superbe, la résolution très suffisante, les contrastes sont précis et les couleurs très vives. En mode tablette, l’agrément d’utilisation est optimal.

Astuce : pour faire une capture d’écran, touchez l’icône Windows au pied de l’écran et appuyez en même temps sur Volume moins sur la tranche gauche de la tablette. Vos captures sont stockées dans le dossier Photos.

Connectivité et réseaux
Para rapport à ce que nous connaissons en matière de tablettes (suivez mon regard, non, un peu plus à l’ouest, voilà) on peut dire que la Surface est richement dotée en matière de connectique puisqu’elle embarque un port USB 2.0, un slot pour carte mémoire microSDXC, une sortie vidéo HDMI, et bien sûr l’inévitable prise pour casque audio. Sans oublier le port pour le clavier Cover Touch, qui se clippe là aussi à l’aide d’un aimant, avec une force et une précision étonnantes, ce qui rend la manipulation aussi facile que ludique. J’ai branché une souris sur le port USB et celle-ci est opérationnelle immédiatement sans aucune latence et sans avoir à attendre l’installation de pilotes. Idem pour une clé USB. C’est vraiment du plug and play.

Attention : j’ai mis du temps à trouver l’emplacement du slot micro-SD. Il se situe dans la côté droit de la tablette, sous le capot pliable qui sert de pied. Il est presque invisible, en haut de l’emplacement du capot.

Côté réseaux on a du WiFi Wi-Fi (802.11a/b/g/n) et le Bluetooth 4.0. Tout cela s’active sans souci, le réseau WiFi est reconnu en une seconde et à peine la tablette sortie de son carton pour la première fois vous êtes sur internet.

Photo et vidéo
La tablette Surface RT est dotée de deux capteurs photo LifeCams HD 720p, une en frontal et l’autre au dos de l’appareil. On retrouve les limites que que l’on connait avec ce type de capteur, notamment en intérieur avec une luminosité faible : la qualité des clichés est médiocre et les photos sont piquées. Avec une luminosité suffisante en lumière artificielle ou naturelle, en revanche, c’est nettement meilleur. Les photos sont plus nettes, contrastées et les couleurs bien rendues, mais ça reste très moyen quand même.

Sans titre 3 533x300 Test de la tablette Microsoft Surface RT

Il est à noter que la tablette n’est pas dotée d’un bouton physique pour lancer la fonction photo/vidéo. Il faudra donc passer par le menu, et aller chercher l’icône « Caméra » pour faire une photo. On a connu plus rapide, mais bon une tablette n’est pas vraiment destinée à un usage de scoop photo instantané.

On peut d’un clic sélectionner les photos d’un dossier et les importer directement dans SkyDrive. On peut aussi les copier sur la carte Micro-SD ou la clé USB mais il faudra alors passer en mode Bureau et aller les chercher dans le dossier Photos.

Le clavier

C’est une des vraies bonne surprises de cette tablette. Léger, il se connecte d’un geste par aimantation à la tranche inférieure de la tablette et est immédiatement opérationnel. Microsoft propose le choix entre plusieurs claviers. Tout d’abord les couleurs : celui-ci est disponible en noir, blanc, bleu et rouge, ce qui donne un côté assez fun à l’ensemble. D’autre part il existe en deux textures : Touch Cover (souple avec des touches tactiles) et Cover Type (dur avec des vraies touches). Autre bonne idée : le dos de la tablette inclut une partie dépliable qui sert de pied pour caler celle-ci verticalement. C’est simple, robuste, stable et efficace. On regrettera juste que l’inclinaison ne soit pas réglable. Mais le tout concourt à rendre le processus de passage de tablette à laptop particulièrement fluide et instantané : en deux mouvements et autant de secondes c’est fait.

Quand on pense que chez certains concurrents on facture un pied de tablette plusieurs dizaines d’euros…

Bugs et bizarreries

Une fois n’est pas coutume, je complète ce test avec une cette rubrique dédiée « bugs » car avec un nouveau produit Microsoft il faut toujours prévoir un peu de place à cet effet. Si la Surface est très séduisante et convaincante à utiliser, l’expérience n’en demeure pas moins gâchée par quelques bugs et comportements bizarroïdes en termes de logique et d’ergonomie.

Du côté des bugs, j’ai eu à faire face à trois problèmes récurrents qui m’ont empêché de mener ce test entièrement comme je l’aurais voulu. D’une part le clavier Cover Touch. Si celui-ci est pratique et même redoutablement efficace en termes de saisie (après quelques minutes d’acclimatation je tapais du texte plus rapidement que sur mon ultrabook Toshiba qui a pourtant une surface de clavier plus importante), il semble fonctionner par intermittence. Régulièrement, après une mise en veille par exemple, le clavier n’est plus reconnu et ne fonctionne plus. La tablette marche, mais uniquement en mode tactile. Dans ce cas j’ai déconnecté et reconnecté le clavier à plusieurs reprises, redémarré la tablette : rien à faire, clavier HS. Puis, de façon aussi aléatoire et inattendue, il se remet à marcher, par exemple lorsque j’ai branché une clé USB ou quand je suis passé du Bureau à Metro (Bureau Metro Dodo).

Deuxième bug, aussi gênant car il m’a empêché de tester rapidement autant d’applications que je l’aurais souhaité : de façon aléatoire, il est parfois impossible d’installer une app depuis le Windows Store. L’installation se lance, puis ça mouline et enfin au bout de quelques minutes j’obtiens le message suivant.

Après un redémarrage et un peu d’insistance, j’ai quand même réussi à installer quelques applications. Avec un peu d’abnégation, on y arrive, mais j’avoue qu’au début c’est un peu décourageant, et que c’est pourquoi j’ai renoncé à vous faire des screenshots de différentes apps car j’y serais encore dans deux jours. Je n’ai jamais rencontré ce genre de bug sous iOS ou Android. C’est fâcheux car les apps sont censées être au cœur de l’écosystème des tablettes.

Enfin, troisième bug identifié, beaucoup plus gênant car il a totalement bloqué la tablette, à tel point qu’au moment où j’écris ceci je ne peux plus l’utiliser : lors de la manip pour faire une capture d’écran alors que j’étais en mode Caméra, la fenêtre du Narrateur est apparue, et tout s’est bloqué. Impossible de reprendre la main et de fermer la popup, elle reste en surimpression et plus aucune autre fonction n’est accessible. J’ai d’abord pensé à une mauvaise manipulation de ma part (mauvais conjonction de touches) mais impossible de revenir en arrière, même en touchant l’icône Windows. Pour sortir de ce mauvais pas j’ai dû tenter un arrêt forcé en maintenant la touche marche-arrêt pendant une bonne dizaine de secondes afin de redémarrer… Heureusement que je n’ai pas eu à attendre que la batterie soit vide pour que la machine s’arrête toute seule car celle-ci tient plusieurs jours en veille !

Du côté des bizarreries fonctionnelles, j’ai noté deux choses. D’une part, quand on branche une clé USB pour la première fois, que l’on soit en mode Metro ou Bureau, une petite fenêtre de message apparait en surimpression sur l’écran, pendant environ 5 secondes. Il faut cliquer sur ce message pour accéder au contenu de la clé. Mais si vous laissez passer ce laps de temps, le message disparait et vous n’avez plus aucune indication d’accès au périphérique de stockage. Rien non plus dans Paramètres ni Périphériques. Il faut alors passer en mode bureau pour tenter de retrouver trace de sa clé. En revanche, quand vous la connectez une deuxième fois alors que vous êtes sur l’interface Metro, l’écran bascule automatiquement en mode Bureau sur la fenêtre connue de Windows affichant le contenu de la clé USB. Je vous rassure, c’est plus compliqué à écrire qu’à faire, mais c’est un peu déroutant au début.

Autre bizarrerie, pas très gênante mais étrange d’un point de vue ergonomie : quand on installe une app, le chargement s’effectue alors que l’on est encore sur l’écran descriptif de l’app dans le Windows Store. Jusque-là tout va bien. Mais ensuite l’écran se ferme et vous fait quitter de force le store pour revenir sur l’écran d’accueil Metro. Vous cherchez alors votre app en pensant qu’elle est installée, vous cliquez sur son icône (ou plutôt sa tuile) et là vous tombez sur sa jauge de téléchargement. Bref vous pouvez avoir plusieurs tuiles d’apps sur l’écran laissant penser qu’elles sont installées, alors qu’en fait elles ne le sont pas, sans aucun autre indicateur. C’est un détail mais cela relève d’un parti pris fonctionnel quelque peu étonnant.

Mode Metro vs. mode Bureau : alors, cette tablette hybride, est-ce vraiment pertinent ?

La grande nouveauté de Windows 8 réside donc dans ce fameux mode « hybride » ou « dual », avec deux systèmes d’exploitation en un, ou en tout cas deux interfaces distinctes, l’une en mode tablette tactile avec Metro (je sais, ça ne s’appelle plus officiellement comme ça mais bon c’est plus pratique) et l’autre en mode PC avec le Bureau classique Windows. Pour comparer, c’est comme si sur un iPad on avait iOS et Mac OS, et que l’on puisse basculer de l’un à l’autre d’un clic sur l’écran.

Sauf que. Dans la réalité, il faut savoir que ce n’est pas tout à fait cela. Ma tablette de test est une Windows 8 RT, ce qui signifie que malgré son Bureau Windows, elle reste très limitée dans ses usages et ses fonctionnalités. De fait, ne vous attendez pas à avoir un vrai PC portable avec un vrai Windows complet. Windows RT est une version allégée de Windows, qui ne vous permettra pas de faire grand chose d’autre que ce que vous faites avec un iPad, une tablette Android ou un ChromeBook. Vous ne pourrez par exemple installer aucun logiciel autre que les apps Windows 8 disponibles dans le Windows Store, y compris si vous basculez en mode Bureau Windows et que vous lancez une installation à partir d’un site web.

En fait il faut juste savoir et comprendre que Windows RT est l’équivalent d’un iOS sur iPad ou d’un Android sur une tablette Android. Ce qui est déjà très bien, notez. Reproche-t-on à iOS ou Android de ne pas pouvoir y installer Photoshop ou 3DS Max ? Tant que l’on a des applications équivalentes, simplifiées, agiles et fonctionnelles pour un usage qui de toute façon ne sera jamais celui d’un gros PC, que demander de plus ? Windows RT a été conçu pour tourner sur des tablettes fines et légères et proposant une autonomie importante. De ce point de vue, Surface s’en sort même un peu mieux que ses concurrentes puisque, outre la disponibilité de fonctionnalités courantes que l’on trouve aussi sur smartphone (surf internet, mail, réseaux sociaux, appels vidéo avec Skype, etc) on a droit à quelques bonus qui n’existent pas sur d’autres tablettes : possibilité d’installer Flash dans Internet Explorer (comme sur Android Jellybean, ok), une vraie suite Office complète ou encore brancher une souris ou une clé USB directement sur le port USB.

Tout serait parfait alors sur la meilleure des Surface ? Pas tout à fait. Si l’on continue la comparaison avec iOS et Android, on arrive forcément au chapitre Applications et écosystème. Et là, la tablette de Microsoft ne tient pas le choc. Face aux 275.000 apps dédiées à l’iPad et aux quelques dizaines de milliers disponibles pour les tablettes Android (je parle des vraies apps tablettes, pas des apps pour smartphone en mode zoom) le Windows Store pour Windows 8 parait bien pauvre avec ses quelques centaines d’applications. Oui, juste quelques centaines : avec une petite recherche à l’aide d’un « * », le Store en recense 589 exactement en français au moment où j’écris cet article.

Il faudra donc être patient pour tirer le maximum de cette tablette Surface, et attendre que les semi-remorques des éditeurs et développeurs aient fait le voyage pour livrer le magasin avec quelques palettes d’applications bien fraîches…

Autonomie

C’est l’un des points forts de la tablette Microsoft Surface. Après l’avoir chargée à bloc, je l’ai utilisée en PC principal à la place de mon ultrabook pour bosser avec une après-midi entière, connectée en WiFi avec la luminosité de l’écran réglée sur 50% (réglage par défaut, ce qui est largement suffisant vu sa qualité), et après 5 heures de Word, de mail, de réseaux sociaux et de Web, la batterie était encore à plus de 50% de charge. Je l’ai laissée ensuite en veille pour finir la décharge, et trois jours plus tard elle est encore bien réveillée avec encore 15% de batterie. Si l’on se place du point de vue de l’utilisateur de PC portable, cette Surface bat certainement tout ce qui existe, ou se situe en tout cas au niveau d’un MacBook Pro (je n’ai jamais testé car je n’ai pas de Mac mais j’en ai beaucoup entendu parler…), soit ce qui se fait certainement de meilleur en tenue de batterie sur un laptop. Si l’on se place du point de vue de l’utilisateur de tablette, alors on est là aussi largement dans le haut du standard en matière d’autonomie, à savoir dans les 10 heures et plus, soit l’équivalent d’un iPad.

Applications et services

La tablette Microsoft Surface est livrée d’origine avec plusieurs apps natives signées Microsoft ou partenaires, comme :

  • Contacts
  • Calendrier
  • Messages
  • Météo
  • Photos
  • Internet Explorer 10
  • Cartes
  • Windows Store
  • SkyDrive (stockage dans le cloud avec 7 Go gratuits)
  • Jeux Xbox
  • Caméra
  • Musique
  • Actualités (avec Bing)
  • Office 2013 (Word, Powerpoint, Excel, OneNote)

De quoi s’occuper quand même quelques heures (par jour).

En conclusion

La première impression fournie par la tablette Microsoft Surface est très flatteuse : qualité apparente, ergonomie, intégration intelligente du clavier pour passer en mode PC portable, connectivité, agrément et fluidité de Windows 8, tout contribue à en faire un engin redoutablement séduisant et que l’on imagine être aussi une bête de travail. Bref, le meilleur des deux mondes entre PC et tablette. Autre qualité : si la Surface parait un peu lourde pour une tablette, un passage sur la balance dément finalement cette sensation puisque celle-ci est à peine plus pesante qu’un iPad 3 (680g contre 652 pour l’iPad, soit même pas 30g de différence). En revanche c’est très léger pour un laptop, et c’est un vrai atout dans un contexte de déplacements fréquents.

On dit souvent que les tablettes servent à consommer (de l’info, du contenu…) mais pas à produire. La Surface vient quelque peu contredire ce paradigme en démontrant que l’on peut aussi « produire » avec une tablette, simplement en la calant sur son pied intégré et en connectant à la volée son clavier. On a alors un vrai PC portable, léger, fin et vraiment agile.

Reste la question des limitations de l’OS et de la pauvreté du Windows Store : les premières auraient pu être compensées par le second mais pour le moment ce n’est pas le cas. Il faudra donc bien savoir ce que l’on achète et pourquoi on l’achète : Windows 8 RT n’est pas le Windows que l’on a l’habitude de connaitre et d’utiliser, mais cette tablette possède le même potentiel d’usages qu’un iPad ou une Android. Il faudra juste être un peu patient et attendre que ses apps préférées arrivent sur le Store.

Reste la question du prix : une tablette Surface de base, à savoir 32 Go sans clavier, coûte 489 euros. Rien à dire par rapport à la concurrence… sauf que ces 32 Go, il faut savoir que la moitié, soit 16 Go, sont occupés par le système d’exploitation ! Ce qui signifie en clair que pour ce prix vous avez en fait une tablette 16 Go. Et si vous voulez lui adjoindre un clavier (mis clairement en avant comme indispensable dans la communication et les pubs Microsoft) on passe à 589 euros. Et encore il s’agit du clavier « mou ». Si vous voulez le clavier « dur » Type Cover, il faudra débourser 130 euros. A ce prix, soit 619 euros, vous avez un « laptop » sous Windows 8. Avec 16 GO de mémoire. Rappelons que n’importe-quel netbook ou Ultrabook actuel embarque au minimum entre 250 et 500 Go de mémoire…

Mais est-il encore pertinent de comparer ?

J’aime

  • le concept
  • le design
  • le clavier
  • le pied escamotable intégré
  • la fluidité et la réactivité de Windows 8 Metro
  • le design d’interface
  • les « deux OS » en un
  • la connectivité
  • la versatilité et la facilité de passage de tablette à laptop (et vice-versa)

J’aime moins

  • l’OS « bridé » en version bureau
  • les bugs
  • le poids
  • le manque d’applications du Windows Store

Centre formation Bruxelles, Anvers, Liège, Namur, Gent

NOUS CONTACTER :

JLGESTION sa

Avenue de l’indépendance Belge 58
1081 Bruxelles
Tel : +32 2 412 04 10
Fax : +32 2 412 04 19
Gsm : +32 485 212 722
Email : selossej@jlgestion.be

NOS AVANTAGES :

  • Type de formation : Inter-entreprise, Intra-entreprise et particuliers
  • Formation 100% flexible et personalisée : Vous choisissez le lieu, la date et le programme de formation
  • Demande de devis : Réponse dans les 24 heures.
  • Remise de 50% pour les PME Bruxelloises
  • Parking, boisson et lunch gratuit
  • Accès à notre centre de compétences : Syllabus, note de cours, exercises,…